[Incontournable] L’Odyssée de Pi : Spectaculaire, magnifique… Ang Lee frôle la perfection !

image

On le savait, c’était inévitable… Ang Lee allait forcément, un jour ou l’autre, réaliser LE chef d’oeuvre de sa carrière. Ce réalisateur, connu pour sa patte sensible et esthétique (Tigre et Dragon en 2000, Le Secret de Brokeback Mountain en 2005 ou encore Lust, Caution en 2007), nous a toujours habitué à des films d’une réussite incontestable et même dans ses rares dérapages (Hulk en 2003), Ang Lee n’a cessé de s’imposer en tant que l’un des rares conteurs modernes capables de nous présenter des personnages à la fois contrastés et humains, enveloppés dans une trame toujours plus profonde qu’il n’y parait.

Aujourd’hui, Ang lee nous offre le cadeau ultime : un chef d’oeuvre sans précédent, d’une beauté à la fois poétique et magique, où il est question de foi, de dépassement de soi, mais surtout, L’Odyssée de Pi est une ode à la vie sous toutes ses formes. Magnifique, transcendant et incroyablement bouleversant, L’Odyssée de Pi n’est pas simplement un film à l’histoire originale et inattendue, c’est aussi une photographie époustouflante et un sens esthétique ahurissant : chaque plan étant tous plus magnifiques les uns que les autres, criant de beauté et soulignés par par une réalisation exemplaire à la 3D quasi-parfaite (et adaptée !). En effet, au-delà des personnages et de l’intrigue, L’Odyssée de Pi est surtout une expérience visuelle hors du commun et c’est, je pense, le plus beau film qui nous a été donné de voir au cinéma jusqu’à présent. Le travail sur l’image et la direction artistique du film relèvent de l’oeuvre d’art et nous offre d’innombrables séquences d’une beauté à couper le souffle (le naufrage, la baleine, l’île…), qui pourraient parfois rappeler les films d’animation, mais la perfection de l’image est telle qu’elle semble naturelle.

Le pitch : Pi Patel vit en Inde, à Pondichéry avec sa famille et ses parents s’occupent d’un zoo situé dans un jardin botanique. Lorsque les temps deviennent difficiles, les parents de Pi décident de vendre les animaux et de partir pour le Canada. Malheureusement, le convoi sombre au cours d’une violente tempête, Pi évite de justesse le naufrage et se retrouve à la dérive en plein milieu de l’océan, seul… avec un tigre adulte du Bengale nommé Richard Parker.

The next part of the story you will find it hard to believe” nous prévient la bande-annonce.

Et pas qu’un peu ! Certes L’Odyssée de Pi est l’adaptation du livre éponyme de Yann Martel, mais ceux qui ne l’ont pas lu (dont moi) pourraient s’attendre à une histoire banale d’un homme perdu en plein océan, ayant pour seule compagnie un tigre, qui deviendra son ami au fil du temps. Que nenni ! et c’est là, la première force du film : L’Odyssée de Pi est loin d’être un film sucré, comme on pourrait s’y attendre devant un Disney par exemple. A travers un face-à-face fascinant et haletant entre l’homme et l’animal féroce (et surtout affamé), L’Odyssée de Pi entreprend de sonder son personnage principal et le dépouille petit à petit de tout son confort, aussi bien matériel que psychologique, pour n’en faire ressortir que le meilleur, tout en conservant la férocité et la nature de l’animal face à lui. Sans pour autant entrer dans un débat religieux, et déplacé, L’odyssée de Pi narre à la fois le voyage épique de Pi sur les eaux, et maintient en filigrane la remise en question intérieure de Pi à travers ces épreuves. Au cours de ce long voyage, ce jeune adolescent indien, issue d’une famille plutôt aisée et protectrice, se retrouvera brutalement seul et à la merci du danger qui l’entoure. Plutôt que d’abandonner et de se résigner à une mort certaine, Pi s’accrochera à la vie et fera preuve d’un courage à tout épreuve et parfois même inconscient, et découvrira le véritable sens de la foi pure, sans aucun diktat religieux. Cette large ouverture d’esprit hautement séduisante ne gêne en aucun cas la lecture du film et n’atteint jamais nos convictions personnelles, car à aucun moment nous ne sommes pollués par un message orienté vers une croyance plus qu’une autre.

Aventures surréalistes sur fond de parcours initiatique, L’Odyssée de Pi s’interroge sur le sens de la vie et, surtout, sur ce qui nous maintient en fait (l’amour ? la foi ? l’espoir ?), tout en nous apportant des éléments de réponse ou, au moins, plusieurs pistes de réflexion. Ne cédant jamais à la facilité, Ang Lee délivre ici une oeuvre formidable, accomplie et accessible à différents niveaux lectures. Si certains seront enchantées par la féerie et la beauté incroyable du film, d’autres y verront un véritable message sensé et plein d’espoir. Malgré la gêne pouvant être occasionnée par les changements de format de l’image en cours de route ou l’impression de se faire souffler notre avis à la fin du film, L’Odyssée de Pi s’inscrit incontestablement comme une oeuvre majeure : intense, vivante, surprenante et extraordinaire.

It’s a story that will make you believe in God” – ou pas, mais c’est très certainement une histoire émouvante, qui réveille l’âme d’enfant en chacun de nous et laisse la parole à l’imaginaire. En ces jours où le cinéma a tendance à se reposer sur ses lauriers (aussi bien thématiques que technologiques), dire que L’Odyssée de Pi est une bouffée d’air frais est un euphémisme. Il ne s’agit pas seulement de la 3D, bien meilleure que celle d’Avatar, mais du film en général. L’Odyssée de Pi est une invitation au rêve et à la magie, un conte fascinant qui nous subjugue et nous transporte du début à la fin.

Attendrissant et attachant, Suraj Sharma, l’interprète de Pi lors son aventure, illumine le film. Face à lui, Richard Parker, le tigre dressé par Thierry Le Portier, vous enthousiasmera tout au long du voyage. La différence entre le vrai tigre et le tigre numérique est presque invisible, d’ailleurs.

Finalement, il n’y a pas assez de mots pour décrire L’Odyssée de Pi alors je ne dirais qu’une dernière chose : allez-y, embarquez pour un voyage fantastique dont vous vous souviendrez pendant longtemps. C’est tout simplement un des meilleurs films de l’année.

image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s