New York Melody : Une comédie simple et romantique rattrapée par une BOF réussie

newyorkmelody1

Attendrissante et ensoleillée, New York Melody narre la rencontre insolite entre un producteur de musique alcoolique et une jeune chanteuse fraîchement larguée. Poussé par un optimisme communicatif et un projet original, le duo se reconstruit à travers la musique, dans une ambiance feutrée et chaleureuse. Si New York Melody réussit à ne pas tomber dans le cliché, le ton estival et léger du film à tendance à aseptiser les émotions explorées dans le film. Heureusement, la musique prend le dessus et offre de superbes moments.

Le pitch : Greta et son petit ami viennent de débarquer à NYC. La ville est d’autant plus magique pour les deux anglais qu’on leur propose de venir y vivre pleinement leur passion : la musique. Le rêve va se briser et l’idylle voler en éclat quand, aveuglé par la gloire naissante, il va la plaquer pour une carrière solo et… une attachée de presse.
Ses valises prêtes et son billet de retour pour Londres en poche, elle décide de passer une dernière nuit à New York avec son meilleur pote. Ce dernier l’emmène dans un pub, la pousse sur scène et la force à chanter. Dans la salle un producteur s’adonne à sa plus dangereuse passion : l’alcool. Revenu de tout, du succès et de sa gloire passée, amer, rancunier, il a perdu le fil de sa vie,… Et soudain il entend cette voix, découvre cette grâce, ce talent brut et authentique… Une rencontre enchantée qui pourrait finir en chansons…

Sept ans après son premier succès Once, John Carney est de retour avec une nouvelle comédie romantique vivotant autour de la musique. À première vue, New York Melody (anciennement Can A Song Save Your Life) a tout l’air d’un faux jumeau. Le film démarre avec une rencontre avec deux personnages similaires – l’une vient de se faire larguer, la vie de l’autre vole en éclat – qui vont se reconstruire à travers la musique. Là où Once, malgré son charme, donnait l’impression d’avoir été bricolé à la hâte, New York Melody est nettement plus mature et plus intéressant. John Carney s’appuie sur ses personnages blessés pour étoffer son scénario, en approfondissant leurs parcours, si bien que le film propose plusieurs histoires parallèles. Entre les rêves de gloire et la solitude, New York Melody retrace le parcours de deux âmes esseulées, dépassées par l’ambition des autres, qui vont retrouver leurs souffles en produisant un album atypique et ainsi panser leurs blessures.

John Carney offre un film estival et positif, avec un sujet léger et entraînant, tout en surfant sur plusieurs thématiques, du classique cœur brisée à la vie de famille en jachères, en passant par quelques moments hilarants et touchants grâce à une relation père-fille désastreuse. Cependant, si l’ambiance enjouée du film est convaincante, le trop plein de légèreté nuit également au film. Trop souvent en surface et partiellement prévisible, New York Melody se contente de poser ses personnages et de résoudre les problèmes qui se dresse sur la route un par un, comme si John Carney cochait sa liste de courses. Le film n’approfondit jamais les émotions qu’il traverse et reste très superficiel, ce qui a tendance à minimiser les épreuves sentimentales et familiales que nos héros subissent. Du coup, si New York Melody est finalement touchant et permet de passer un bon moment, il ne reste pas vraiment en mémoire.

Heureusement, John Carney réussit à recréer une certaine magie grâce à la musique du film, qui s’articule autour d’une idée très originale, et à la performance de Keira Knightley qui pousse, très agréablement, la chansonnette sur des rythmes pop-rock, certes passe-partout avec une tendance un peu bobo ou hipster, néanmoins très réussis. En effet, à travers quelques très bonnes chansons, telles que Lost Star (interprétée en plusieurs versions par Adam Levine et Keira Knightley) et Coming Up Roses, le film utilise habilement ces scènes pour faire avancer sa trame, en s’exprimant avec les paroles des chansons.
Finalement, je retiens nettement plus la bande-originale, formidable et entraînante, que le film en lui-même.

Au casting : Abandonnant de plus en plus ses costumes d’époque, Keira Knightley (Pirates des Caraïbes, Anna Karenina, The Ryan Initiative…) livre une performance très juste, aussi attachante grâce à son personnage qu’étonnante lorsqu’elle chante. À ses cotés, Mark Ruffalo (Shutter Island, Avengers, Insaisissables…) ajuste son tempérament nonchalant et se révèle très convaincant dans son rôle de producteur passionné. Autour, les personnages secondaires ont souvent du mal à exister, que ce soit en donnant de la voix comme Adam Levine (chanteur du groupe Maroon 5), en jouant les businessmen comme Yasiin Bey (le rappeur Mos Def) ou en évitant d’aller chez le coiffeur comme Catherine Keener (que je soupçonne d’être là grâce à la touche Apatow du film).
Par contre, Hailee Steinfeld accroche le regard à chacune de ses apparitions, grâce à un charisme époustouflant. Pas étonnant qu’elle ait été nommée aux Oscars et aux BAFTAs en 2011 pour sa prestation dans True Grit.

En conclusion, New York Melody est une comédie romantique et attachante, dont la légèreté permet de se plonger dans la chaleur d’une New York en plein été. Malgré un scénario plutôt intéressant, John Carney peine à créer de la profondeur lors des échanges entre les personnages et stagne en surface. Heureusement, la bande-originale du film rattrape le tout, grâce à des chansons aux textes accrocheurs et aux rythmes entraînants. Un film vite vu, vite digéré mais qui se réécoute avec plaisir. À voir.

- Do you think we could keep up with Rihanna? - Eeer... don't make me angry, ok?

– Do you think we could keep up with Rihanna?
– Eeer… don’t make me angry, ok?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s