[COUP DE CŒUR] Nos Étoiles Contraires : Une petite merveille

TFIOS

Merveilleux. Ce film est merveilleux. Malgré son sujet et son histoire forcément tragique, Nos Étoiles Contraires est une véritable ode à la vie et porte un message plein d’espoir et d’optimisme. Les personnages sont si attachants et touchants qu’on a envie de tomber amoureux (d’eux). Loin du film tire-larmes que je craignais, le film de Josh Boone offre de superbes moments de joie et d’humour, dans un ensemble tout simplement beau et bouleversant.

Le pitch : Hazel Grace et Gus sont deux adolescents hors-normes, partageant un humour ravageur et le mépris des conventions. Leur relation est elle-même inhabituelle, étant donné qu’ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux lors d’un groupe de soutien pour les malades du cancer.

Adapté d’un best-seller à succès écrit par John Green et porté à l’écran par Shailene Woodley, le film Nos Étoiles Contraires démarre déjà avec de sérieux atouts… ou pas. En effet, le sujet très dramatique et susceptible de virer au tragique à tout moment peu fortement desservir au film. Et pourtant, Nos Étoiles Contraires réussit l’exploit d’être à la fois prévisible sur certains points, tout en nous étonnant en présentant des personnages à l’opposé des clichés attendus.
Si d’entrée de jeu le film nous confronte à une réalité insupportable en nous présentant une jeune femme dont les jours sont comptés, rapidement Nos Étoiles Contraires dépeint des personnages pleins d’espoir, attendrissants et pleins de vie. Sa rencontre avec Gus permet d’apporter un nouvel élan au film, reléguant la maladie au second plan pour mieux savourer l’aventure que vont vivre les deux personnages principaux, entre amitié et amours naissantes. Repoussant les limites, et même si la romance adolescente était prévisible, Hazel et Gus forment un couple si attendrissants qu’on s’y attache irrémédiablement. Malgré leur point commun, chacun à une vision très différente de la vie et, à l’image des vases communicants, tout deux vont réussir à trouver un équilibre, l’un soutenant l’autre à tour de rôle. Bien que le monstre du cancer ne soit jamais loin, grâce à des rappels acides, la première partie du film est rayonnante et agréable.

Évidemment, le ton presque insouciant ne pouvait pas durer indéfiniment. Derrière les sourires et la bonhomie apparente, Nos Étoiles Contraires laisse filtrer une certaine inquiétude jusqu’au moment où le couperet tombe. Encore une fois, rien ne se passe exactement comme on l’imagine (pour ceux qui n’ont pas lu le livre) et le film prend au dépourvu en grillant nos repères. On se laisse porter par la fragile légèreté du film, alors les personnages du film traversent des épreuves assez lourdes. Malgré l’issue forcément douloureuse, il n’est jamais question d’apitoiement, car le film déjoue ces écueils prévisibles en faisant passer la pilule avec un humour savamment dosé et souvent très second degré. À travers cette tranche de vie peu commune, Nos Étoiles contraires nous guide peu à peu vers l’acceptation, si bien que ce n’est pas de la tristesse qui émane du film mais un immense sentiment de gratitude.

Josh Boone (Stuck In Love…) réalise un film sensible et émouvant, sans jamais caricaturer la maladie ni verser dans le mélo inutile et larmoyant. En fait, le film repousse l’échéance et cristallise chaque moment ensoleillé, afin que ces derniers restent en mémoire jusqu’au bout. Nos Étoiles Contraires porte avant tout un message juste et optimiste, démontrant qu’il ne faut pas attendre trop longtemps avant de réaliser ses rêves tout en chérissant chaque respiration et chaque moment de joie.
Certes, au final, ce n’est qu’un film à la réalité plus ou moins embellie, mais Nos Étoiles Contraires fait chaud au cœur et l’ensemble est une petite merveille comme on aimerait en voir plus souvent.

Au casting, Shailene Woodley (The Descendants) est rayonnante. Alors que je l’avais trouvé agaçante dans The Spectacular Now, puis intéressante dans Divergente, ici, elle est parfaite dans ce rôle à la fois frais et accessible. À ses cotés, Ansel Elgort, un autre réchappé de Divergente (également vu dans Carrie), montre son véritable potentiel et est parfait dans son rôle. Autour, nous retrouvons la fabuleuse Laura Dern (The Master, la série Enlightened…), ainsi que Sam Trammell (la série True Blood…) et Nat Wolff (Palo Alto…), tandis que Willem Dafoe (Les Brasiers de la Colère, Nymphomaniac…) est à la fois surprenant et génial.

En conclusion, Nos Étoiles Contraires fait partie de ces petits bijoux inattendus et mérite qu’on lui donne sa chance. Si vous avez des a-priori sur le coté prévisible du film, vous serez réellement étonné par le traitement très positif et attendrissant des personnages. Bouleversant et émouvant, Nos Étoiles Contraires touche en plein cœur et ne laissera personne indifférent.

/!\ Attention, les plus sensibles doivent impérativement se munir d’un bon paquet de mouchoirs avant d’aller voir ce film 🙂

Remember that time when we were brother and sister in Divergent? Weird, huh?

Remember that time when we were brother and sister in Divergent? Weird, huh?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s