Les Gardiens de la Galaxie : Grootement bon !

120x160_GOTG GEN DATE_HD RVB

Franchement cool, un brin déjanté et surtout très fun, Les Gardiens de la Galaxie sont les nouveaux super héros introduits par Marvel au cinéma, prêts à rendre notre été bien plus coloré, explosif et divertissant. Quasiment inconnus du grand public, ces héros cosmiques à l’univers assez dense sont aujourd’hui accessibles, grâce à la vision enthousiaste et déliée de James Gunn. Ce dernier parvient à réaliser un film riche en action, tout en rafraîchissant l’humour nonchalant et efficace de Marvel à travers la genèse de ces anti-héros et des scènes épiques. Le résultat est génial, entre divertissement survolté, effets spéciaux superbes et des personnages peu conventionnels mais hautement attachants. Encore un pari fou relevé haut la main, par Marvel Studios !

Le pitch : Peter Quill est un aventurier traqué par tous les chasseurs de primes pour avoir volé un mystérieux globe convoité par le puissant Ronan, dont les agissements menacent l’univers tout entier. Lorsqu’il découvre le véritable pouvoir de ce globe et la menace qui pèse sur la galaxie, il conclut une alliance fragile avec quatre aliens disparates : Rocket, un raton laveur fin tireur, Groot, un humanoïde semblable à un arbre, l’énigmatique et mortelle Gamora, et Drax le Destructeur, qui ne rêve que de vengeance. En les ralliant à sa cause, il les convainc de livrer un ultime combat aussi désespéré soit-il pour sauver ce qui peut encore l’être…

C’est la première fois depuis Captain America – The First Avenger (2011) que Marvel Studios nous propose de nouveaux personnages. Et ça fait du bien car il était temps de renouveler le paysage super-héroïque chez Marvel et ces derniers prouvent qu’ils n’ont pas peur d’innover. Le pari était risqué : réaliser un « space opera » en intégrant des héros cosmiques, peu connus du grand public, et en incluant un raton-laveur et un arbre qui parlent… Il y a quelques années, cela semblait irréalisable, car entre les mains de n’importe qui le résultat aurait pu être foireux étrange. Ici, le film Les Gardiens de la Galaxie est une porte ouverte sur l’inconnu et tout est à découvrir : ça passe ou ça casse.

Autant le dire dès le départ, le film de James Gunn (Super, Horribilis…) est excellent.
N’étant pas du tout familiarisée avec la partir cosmique de Marvel, j’avais peur d’être complètement larguée. Au final, le film est d’une fluidité étonnante et séduit d’entrée de jeu en présentant des personnages aussi étonnants qu’attachants dès leurs premières apparitions. En effet, en partant de l’histoire de Star-Lord, le film tisse rapidement l’intrigue principale du film, tout en présentant à la fois les autres personnages et en dépeignant l’univers coloré et palpitant des Gardiens de la Galaxie. Entre voyages interplanétaires et bande originale musclée à la sauce 80’s, Les Gardiens de la Galaxie pourrait bien être l’incarnation même du cool, tant chaque détail est étonnant, fun et novateur. Le film possède d’énormes atouts, à commencer par un ton décalé, entre humour piquant et collégien, mais toujours efficace, et Les Gardiens de la Galaxie séduit également grâce à sa galerie personnages loin des clichés pré-établis (les héros sont tous des criminels opportunistes, les personnages féminins sont forts et indépendants…) : certes Star-Lord est un leader charismatique, mais Groot et Rocket ne sont certainement pas en reste, tandis que chaque apparition de Ronan est toujours plus stressante. Les Gardiens de la Galaxie est un cocktail explosif et bien rythmé, dans lequel on ne s’ennuie jamais grâce aux nombreux rebondissements et à un scénario solide et abouti, malgré ses facilités. James Gunn livre une véritable aventure visuelle et rafraichissante qui, une fois lancée, nous happe dans des aventures souvent rocambolesques et toujours réussies. Chaque Gardien assure le spectacle jusqu’à la dernière minute et le film déborde d’une bonne ambiance contagieuse et excitante. On en redemande !

Cependant, après cette salve de compliments, il faut toutefois retenir quelques bémols, le premier étant : Marvel Studios s’adapte au grand public. Du coup, les fans de la première heure seront sûrement déroutés (voire déçus) par certains aspects du film : bien que l’histoire soit riche en événements et agréable à suivre, il faut reconnaître que, pour un premier film, l’intrigue ne se démarque pas par sa nouveauté et reste plutôt classique. De plus, à force de miser sur le coté « cool » du film, certains personnages en ressortent plutôt édulcorés, notamment Gamora – certes imposante, mais finalement très loin de l’assassin froid et implacable qu’elle est sensé être. De plus, le vilain pas beau du film a beau être réussi, ces intentions se révèlent finalement très manichéennes (moi vouloir détruire le monde), rappelant malheureusement les défauts de Malekith dans Thor – Le Monde des Ténèbres. Dommage.
Malgré tout, avant de crier au désastre, il faut également noter que Les Gardiens de la Galaxie ne s’appuie jamais sur les succès de Marvel Studios : le film se suffit largement à lui même, sans jamais faire de lien avec l’existence d’Iron Man ou d’un autre Vengeur. Une prouesse plutôt intéressante et remarquable, à l’heure où, justement, le cinéma américain a tendance à trop souvent se reposer sur ses succès d’antan…

gotg3

Visuellement, Les Gardiens de la Galaxie est à la limite de l’œuvre d’art. Si l’univers du comic book est préservé, le film est un véritable plaisir pour les yeux. En effet, au-delà du look soigné et stylisé des personnages, la photographie du film est superbe, dopée par des tons violets et bleus (des couleurs assez inédites dans ce genre de film, mais très raccord avec un certain méchant – chuuut), sublimés par des effets spéciaux et des décors numériques magnifiques. James Gunn signe une mise en scène fluide et sans grand effet de style pour ne pas embrouiller la lecture du film, tout en soignant les scènes d’actions et leur intensité avec quelques slow-motions géniaux et des plans larges sublimes. Coté musique, le film est accompagné par une bande-originale revisitant les hits des années 80, fidèle à l’ambiance désinvolte et punchy du film, bien qu’elle soit parfois trop envahissante.
Résultat, Les Gardiens de la Galaxie est une découverte étonnante à tous les niveaux, on se régale joyeusement devant ce nouvel univers fantastique, dense et maîtrisé. Bravo, Monsieur Gunn pour cette pépite super-héroïque jubilatoire et extraordinaire !

Au casting : habitué aux seconds rôles un peu loufoques, Chris Pratt (La Grande Aventure Lego, Her, Cinq Ans de Réflexion…) incarne cette fois le leader de cette bande de a-holes avec brio, en usant évidemment du charme maladroit et un peu goofy qui l’a fait connaître ce qui, avec des abdos, le rend encore plus sexy. À ses cotés, Zoe Saldana (Les Brasiers de la Colère, Star Trek Into Darkness, Colombiana…) est convaincante en Gamora, même si le scénario ne lui permet pas d’être aussi fatale que dans les comic books, tandis que David -Dave- Bautista (Riddick…) est épatant en Drax. Méconnaissable, Lee Pace (Lincoln, Le Hobbit…) incarne un vilain charismatique mais diminué par des intentions trop primaires ; Karen Gillian (Amy Pond dans Doctor Who…) est étonnante dans un rôle secondaire, Nebula, qu’on a hâte de revoir et Michael Rooker (Merle dans The Walking Dead, Super, Horribilis…) s’éclate dans son rôle de bounty hunter décalé. Glenn Close (Albert Nobbs…), Djimon Hounsou (Blood Diamond…) et John C. Reilly (Carnage, Les Mondes de Ralph…) font également partie du show, ainsi que Benicio Del Toro (Savages…), chacun ayant un temps d’apparition limité mais toujours savoureux.
À noter deux performances un peu à part mais remarquables, Bradley Cooper (American Bluff…) prête sa voix à l’irrévérencieux Rocket Raccoon et Vin Diesel (Riddick, Fast And Furious…) fait de même avec Groot. Sauf que Groot, malgré un vocabulaire plus que limité, est clairement le meilleur personnage du film et Vin Diesel fait un superbe travail de voxographie pour nous faire croire à cet arbre géant, génial et attendrissant.
Hmmm… faut-il mentionner Josh Brolin ? Allez, je vous en parlerai plus tard 😉

En conclusion, pour une première approche, Les Gardiens de la Galaxie est largement satisfaisant, grâce une débauche de cool-attitude très assumée, des personnages remarquables et attachants, le tout formant un ensemble hyper divertissant et bien rythmé. Certes les fans plus avertis seront probablement désarçonnés, mais James Gunn réussit à synthétiser un univers complexe et méconnu dans un blockbuster accessible, fun et prometteur, tout en laissant filtrer plusieurs indices pour appâter les spectateurs. Tant mieux, car Les Gardiens de la Galaxie 2 a déjà été annoncé pour Juillet 2017 ! I am Groot !

gotg2

Woooh… Shiny!

Dois-je vous rappeler de rester jusqu’à la fin du générique ? Bien sûr que non 😀

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s