Avant d’aller dormir : Soporifique

avantdallerdormir1

Amorphe et bien trop long, Avant D’Aller Dormir est un thriller ronflant qui ne fait qu’étirer une intrigue inutilement au lieu d’y répondre. Rowan Joffe a bien du mal à adapter ce roman à l’histoire originale, tant le film manque cruellement de rythme et ne fait que contempler une Nicole Kidman, certes convaincante, en avançant à pas de mouche. Malgré un twist final revigorant, Avant D’Aller Dormir est marqué par un dernier tiers inutilement violent, sans jamais parvenir à réveiller un ensemble endormi. Dommage.

Le pitch : Suite à un accident quatorze ans plus tôt, Christine est affectée d’un cas très rare d’amnésie : chaque matin, elle se réveille sans se souvenir de rien, ni même de son identité. Son dernier espoir réside dans son médecin, Ed Nasch, qui lui conseille de tenir un journal vidéo. Elle pourra ainsi enregistrer les informations qu’elle traque et se souvenir peu à peu de son passé, reconstituant progressivement le fil de son existence. Mais très vite, ses rares certitudes vont voler en éclat.

Je vais être honnête : j’ai essayé de lire le livre, écrit par S.J. Watson. Pas parce que le film allait bientôt sortir, au contraire je l’ai acheté bien avant car la couverture ne cessait de me faire de l’œil à la Fnac (et j’aime bien lire). Cependant, après les premières pages, je n’ai pas réussi à accrocher à cette histoire, certes originale, mais qui ne cesse de tourner en rond.
Cette impression se ressent fortement dans l’adaptation du film, écrite et réalisée par Rowan Joffe. Si ce dernier a su s’entourer d’acteurs talentueux et reconnus, il a malheureusement choisir une histoire compliquée à mettre en scène sans perdre son public en court de route. Avant D’aller Dormir est un thriller psychologique qui demande beaucoup de patience puisqu’il narre l’histoire d’une femme amnésique dont la mémoire s’efface toutes les nuits. Le temps de reconstituer le puzzle de sa vie et de découvrir les événements qui l’ont mise dans cette état, il faut d’abord assister à de nombreuses répétitions inévitables. Certes, l’adaptation est plutôt fidèle (l’idée de changer le journal intime papier pour un format vidéo fonctionne mieux) et le film parvient à rapidement créer une tension palpable entre les personnages. Le doute est présent, l’atmosphère est angoissante puis… rien.
Durant les 92 minutes que durent le film, Rowan Joffe va facilement passer une heure à tourner autour du pot, ou plutôt autour de Nicole Kidman, en faisant traîner l’intrigue bien trop longtemps, laissant le temps aux amateurs de thriller avertis de remarquer le piège évident. Alors que le film décide enfin de passer la vitesse supérieure, quelques minutes avant la fin, c’est déjà trop tard. De plus, le changement de ton radical surprend, puis finit par gêner en exposant une violence désagréable qui détonne avec le caractère mollasson de la mise en scène de Rowan Joffe. Derrière la caméra, le réalisateur se repose sur ses personnages, notamment son héroïne, qu’il observe à la loupe, à grand renfort de gros plans pas forcément avantageux et de scènes contemplatives et peu nécessaires.
Si Avant D’Aller Dormir finit par livrer tous ses secrets, ce sera finalement dans la plus grande indifférence tant le film agit comme un somnifère.

Au casting, Nicole Kidman (Paperboy, Stoker, Grace de Monaco…) est, comme toujours, très convaincante mais semble cette fois livrer le minimum syndical. À ses cotés, Colin Firth (Le Discours d’Un Roi, La Taupe, Gambit…) semble tout aussi anesthésié (et vieux, en fait), tandis que Mark Strong (Zero Dark Thirty, La Taupe, Kick Ass…) se révèle anecdotique à cause des apparitions en pointillés..

En conclusion, Avant D’Aller Dormir est l’adaptation d’un livre déjà peu dynamique et la version cinéma redondante et aseptisée de Rowan Joffe ne parvient pas non plus à susciter l’intérêt. S’il est déjà arrivé à Nicole Kidman de relever l’intérêt d’un film médiocre uniquement grâce à sa prestation (Grace de Monaco), ce n’est pas le cas cette fois. Trop long et mou du genou, Avant D’aller Dormir porte finalement bien son nom et devrait sûrement être prescrit aux insomniaques. Nuit tranquille garantie.

Recording an other bedtime story

Recording an other bedtime story

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s