Le Labyrinthe : Mystérieux, captivant mais un peu frustrant

Labyrinthe1

Mystérieux et captivant, Le Labyrinthe est une aventure haletante et punchy, prête à tenir tête à la saga Hunger Games. Entre une bonne dose d’action et un soupçon de frisson, le film de Wes Ball réussit à installer une intrigue prenante et originale. Cependant, cette adaptation d’une saga littéraire de trois tomes laisse un goût amer à la fin, en ne répondant finalement à aucune question afin de laisser la porte ouverte à une suite. Du coup, Le Labyrinthe est effectivement divertissant et intéressant, mais cette fin en pointillés le rend plutôt frustrant.

Le pitch : Quand Thomas reprend connaissance, il est pris au piège avec un groupe d’autres garçons dans un labyrinthe géant dont le plan est modifié chaque nuit. Il n’a plus aucun souvenir du monde extérieur, à part d’étranges rêves à propos d’une mystérieuse organisation appelée W.C.K.D. En reliant certains fragments de son passé, avec des indices qu’il découvre au sein du labyrinthe, Thomas espère trouver un moyen de s’en échapper.

Adapté d’une série de romans intitulée L’Épreuve, écrite par James Dashner, Le Labyrinthe est l’adaptation du premier tome. Si la comparaison est quasiment inévitable avec Hunger Games et autres Divergente, le film de Wes Ball propose un univers très différent, plus masculin, frontal et sombre.
L’avantage du film, c’est que l’on découvre l’histoire en même temps que son héros, car Le Labyrinthe démarre directement dans le vif du sujet. Wes Ball prend son temps pour installer l’intrigue, à travers ses différents personnages, les règles de survie et surtout ce fameux labyrinthe étrange. Rapidement la trame s’intensifie alors que notre héros part en quête de réponses, quitte à détruire l’équilibre mis en place, et se lance dans une aventure haletante et parfois effrayante. Le Labyrinthe parvient à nous prendre au piège tant les questions se multiplient au fur et à mesure que le mystère s’épaissit. Contrairement à Divergente et Hunger Games, la grande majorité des personnages sont des jeunes hommes, du coup Le Labyrinthe s’éloigne royalement de ses concurrents en nous épargnant, pour ce premier volet, de la sempiternelle sous-intrigue amoureuse. Une différence qui a toute son importance, puisqu’ici, les personnages du Labyrinthe se concentrent sur leur survie, se divisant entre ceux qui préfèrent suivre le mouvement et les autres mus par leurs soifs de réponse et de liberté.

Dynamique et rythmé, Le Labyrinthe parvient à nous faire frissonner à travers de nombreux rebondissements haletants, pendant lesquels nos jeunes héros devront prendre des décisions souvent vitales, souvent à l’aveugle. Wes Ball dévoile un film surprenant, aussi bien par son traitement qu’à travers une photographie brute et stylisée, qui nous entraîne dans une quête effrénée jusqu’à la dernière minute. En effet, au-delà du film d’action fantastique lambda, Le Labyrinthe s’attarde sur le fonctionnement de cette société rapiécée et la psychologie de ses personnages forcés à vivre en communauté dans un lieu souvent hostile et dangereux. Alors que les personnalités se dévoilent petit à petit, révélant les leaders, les esprits curieux et ceux qui sont rassurés par l’ordre établi, le livre de James Dashner a dû s’attarder un peu plus sur cette mini-société vivotant grâce à un équilibre fragile, même si le film a tendance à survoler certaines questions.
Finalement, Le Labyrinthe aurait presque pu atteindre le sans-faute si le film n’était pas formaté pour tenir toute une trilogie. Si l’intérêt de laisser une fin ouverte pour s’assurer l’intérêt du public pour un prochain film est compréhensible, la fin du Labyrinthe nous laisse entièrement dans le noir en proposant un élément de réponse, avant de le réduire à néant. Du coup, si vous n’avez pas lu les livres, cela peut devenir légèrement frustrant tant cela donne l’impression d’être le dindon de la farce. Contrairement aux premiers volets d’Hunger Games et Divergente (pour continuer la comparaison), s’il était évident que l’histoire n’était pas terminée, ces films se suffisent presque à eux-même puisqu’ils contiennent l’intégralité d’un chapitre. Ainsi, ces films proposaient un récit entier tout en donnant envie de connaître la suite (pour les intéressés). Avec Le Labyrinthe, si Wes Ball a réussi à titiller mon intérêt, je n’en reste pas moins sur ma faim. Dommage…

Au casting : pour son premier vrai rôle au cinéma, Dylan O’Brien (Les Stagiaires, Teen Wolf…) relève le défi avec brio en étant convaincant et attachant. À ses cotés, beaucoup de têtes connues, comme Thomas Sangster (Love Actually, Games Of Thrones…) et Will Poulter (Le Monde de Narnia, Les Miller – Une Famille En Herbe…), tandis que d’autres, moins connues,  retiennent l’attention, notamment Aml Ameen (Le Majordome…), Blake Cooper et Ki Hong Lee. Quasiment le seul personnage féminin du film, la belle Kaya Scodelario (Skins, La Vérité Sur Emanuel…) reste pour l’instant secondaire, mais son personnage est prometteur.

En conclusion, Le Labyrinthe est le premier volet d’une trilogie qui s’annonce trépidante (si le succès est au rendez-vous en salles) grâce à un traitement qui se démarque nettement des autres sagas du même genre. Grâce à un univers plus masculin,Wes ball propose un film plus efficace, axé sur l’intrigue principale et ses personnages complexes et intéressants, tout en proposant de vrais rebondissements. Le seul bémol reste cette fin bancale et frustrante qui laisse légèrement sur le carreau. À voir, pour son originalité.

Impressive, right? There's like 5000 matches in it. Next, I'm gonna make the Eiffel Tower!

Impressive, right? There’s like 5000 matches in it. Next, I’m gonna make the Eiffel Tower!

Publicités

Une réflexion sur “Le Labyrinthe : Mystérieux, captivant mais un peu frustrant

  1. Je crois que c’est un film à voir au moins une fois, ne serait-ce que pour observer le show des sourcils de Will Poulter en pleine action. Parce que c’est clairement un des trucs les plus fascinants de l’histoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s