#Chef : Un feel-good movie ensoleillé et gourmand

chef_1

Après plusieurs blockbusters, Jon Favreau retrouve un cinéma qui lui ressemble : bonhomme et généreux. Avec #Chef, le réalisateur offre un feel-good movie ensoleillé et gourmand, narrant l’histoire d’un chef cuisinier qui décide de tout plaquer pour faire une cuisine qui lui ressemble, sans avoir à se compromettre avec les ambitions des autres. Hmm… Jon Favreau essaierait-il de faire passer un message ? Toujours est-il que le résultat surprend et, malgré quelques facilités et une histoire basique, #Chef est une comédie attachante et colorée, animée par la chaleur et la convivialité de la cuisine cubaine.

Le pitch : Carl Casper, Chef cuisinier, préfère démissionner soudainement de son poste plutôt que d’accepter de compromettre son intégrité créative par les décisions du propriétaire de l’établissement. Il doit alors décider de son avenir. Se retrouvant ainsi à Miami, il s’associe à son ex-femme, son ami et son fils pour lancer un food truck. En prenant la route, le Chef Carl retourne à ses racines et retrouve la passion pour la cuisine et un zeste de vie et d’amour.

Acteur, scénariste, producteur et réalisateur, Jon Favreau (Iron Man 1 et 2, Cowboys et Envahisseurs…) effectue un léger retour aux sources grâce à #Chef, une comédie familiale et pétillante, où la cuisine fait office de comparaison à peine voilée sur sa carrière. Loin de céder à l’amertume, #Chef est un film optimiste et drôle dans laquelle le casting semble s’amuser comme des petits fous autour d’une cuisine plus qu’appétissante.

À travers l’histoire d’un chef cuisiner créatif mais entravé par les ambitions du propriétaire de son restaurant, #Chef suit le parcours d’un homme qui se voit obliger de repartir de zéro après un échec devenu public. Entre introspection et mise à jour, Jon Favreau remet les pendules à l’heure en surfant sur l’exposition via Twitter et la mode des food trucks pour relancer son personnage principal sur les rails. Le film explore des thématiques universelles qui fonctionnent toujours dans ce genre de comédie, de la relation père-fils en jachère jusqu’au message bien pensant (il faut suivre ses rêves). Pourtant, malgré l’avalanche de bons sentiments, #Chef réussit à garder un ton dynamique en développant des personnages attachants, rythmé par une bande-originale dansante et surtout par des épisodes de cuisine qui donnent vraiment l’eau à la bouche. D’ailleurs, il faut souligner le travail fourni par Jon Favreau pour rendre chacun de ses gestes crédibles (travail qu’il dévoile pendant le générique final). #Chef s’adapte et évolue avec son temps, tout en invitant au voyage et à l’évasion. À mi-chemin entre la comédie familiale et le road-movie, le coté solaire de #Chef fait parfois penser à Little Miss Sunshine (raccourci un peu facile, certes mais inévitable) et donne carrément la pèche… et une bonne fringale ! Attention, ici personne ne compte les calories car tout le film repose sur une notion élémentaire : le plaisir.

Au-delà de l’histoire du film, Jon Favreau semble poser un regard doux-amer sur sa carrière. Le créatif obligé de se brider pour répondre au désir d’un autre tout en essuyant des critiques humiliantes et publiques sur son travail, mais aussi sur son physique… Pas besoin d’avoir fait une grande école pour deviner que le réalisateur partage sa propre expérience, après le bashage médiatique qu’il a subi après Iron Man 2 et Cowboys et Envahisseurs (de plus, on sait bien que Marvel Studios ne sont pas les décisionnaires les plus conciliants). Heureusement, Jon Favreau ne s’attarde pas non plus sur le passé et, tout comme son alter-ego dans le film, préfère avancer en faisant ce qu’il lui plait, il finit par livrer un film qui lui ressemble, chaleureux et bon vivant, tout en exprimant son autre passion (la gastronomie).
#Chef irradie de bonne humeur et réchauffe la grisaille automnale, notamment grâce à une mise en scène énergique aux tons chauds. Du coup, si le film souffre de certaines facilités pour atteindre son but, ce n’est pas si grave car Jon Favreau délivre finalement un message à la seconde lecture touchante tandis qu’il partage une facette intime de son parcours.

Coté casting, Jon Favreau (Le Loup De Wall Street, Iron Man 3…) tient donc le premier rôle, avec son naturel sympathique et attachant. À ses cotés, John Leguizamo (Cartel, Kick-Ass 2…) joue du couteau avec le sourire, Sofia Vergara (Modern Family, Apprenti Gigolo, Machete Kills…) adoucit son jeu et est bien plus agréable, Emjay Anthony (Rake, prochainement dans Insurgent…) fait des premiers pas convaincant sur grand écran, tandis que Oliver Platt (X-Men – First Class, 2012…) joue les vilains de service et Dustin Hoffman (Quartet, Kung Fu Panda…) est impayable en boss obtus.
À noter également, une courte apparition de Robert Downey Jr (Le Juge, Sherlock Holmes, Date Limite…) uniquement pour faire coucou (ou presque) et Scarlett Johansson (Lucy, Her, Don Jon…) est également à l’affiche. Ces retrouvailles ont autant servi à faire de la pub autour de #Chef qu’à marquer la complicité entre ces anciens collègues de travail.

En conclusion, #Chef est un petit rayon de soleil gourmand et craquant (hihi) qui illumine cette fin d’année. Jon Favreau réunit ses deux passions avec un film réfléchi dans lequel il pose un œil aiguisé sur sa carrière tout en délivrant une comédie vraiment réussie et chaleureuse. À déguster rapidement !

Question is: how to get clean with all this food?

Question is: how to get clean with all this food?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s