Hunger Games – La Révolte Partie 1 : L’affrontement se fait attendre

Katniss_Payoff_France

Dernière victime en date de la mode des sagas qui se terminent en deux parties (merci Harry Potter), Hunger Games – La Révolte Partie 1 n’échappe pas aux problèmes qui découlent de cette nouvelle tradition marketing. Si le dernier volet de la saga Hunger Games ne manque pas d’intrigue et de révélation, pour la partie « révolte » il va encore falloir attendre. Le film de Francis Lawrence permet d’en apprendre plus sur les secrets du Capitol, mais coté rébellion, c’est trop souvent le calme plat entre des parties de cache-cache, pas mal de tourisme et des considérations esthétiques qui n’ont pas lieu d’être. Certes Hunger Games – La Révolte Partie 1 n’est pas l’explosion tant attendue, mais la saga ne perd pas de sa fougue et parvient à entretenir le suspens. Allez, plus qu’un an à attendre !

Le pitch : Katniss Everdeen s’est réfugiée dans le District 13 après avoir détruit à jamais l’arène et les Jeux. Sous le commandement de la Présidente Coin, chef du district, et suivant les conseils de ses amis en qui elle a toute confiance, Katniss déploie ses ailes pour devenir le symbole de la rébellion. Elle va se battre pour sauver Peeta et libérer le pays tout entier, à qui son courage a redonné espoir.

Après les événements du film précédent, Hunger Games – L’Embrasement (2013), Francis Lawrence reprend les rênes de la saga pour orchestrer la guerre qui gronde entre les habitants de Panem et les partisans du Capitol. Maintenant que l’histoire est en place, Hunger Games – La Révolte Partie 1 ne perd pas de temps et débute directement à l’aube du conflit, dans lequel Katniss va devoir prendre part.
Il faut toutefois admettre que la majeure partie des problèmes du film est surtout due aux ambitions pécuniaires des producteurs de la saga qui ont décidé de scinder ce chapitre en deux, au détriment du public. Résultat, cette première partie de La Révolte a tendance à traîner la patte afin de garder le meilleur pour la fin (espérons-le), tout en ressassant les mêmes sujets. Ce que j’apprécie dans Hunger Games – La Révolte Partie 1 c’est son accessibilité pour ceux qui, comme moi, n’ont pas lu les livres. À travers l’émergence du Mockingjay, le film permet d’en découvrir plus sur la métaphore politique du film, à travers les agissements du Capitol, la tyrannie et la cruauté du Président Snow. Ces révélations sont souvent douloureuses (le District 12, la situation de Peeta…), le film parvient à nous accrocher à la cause du District 13 et de Katniss, tout en faisant monter une tension qui ne demande qu’à exploser, d’autant plus que le Capitol semble bien prêt à riposter.
Cependant, coté rébellion, ce n’est pas aussi réactif que prévu. Depuis le début, la saga Hunger Games a du mal à me convaincre à 100% car elle met en scène une héroïne geignarde et trop souvent antipathique. Si pendant les deux premiers films, Katniss ne cessait de se plaindre au sujet des jeux, cette fois elle passe son temps à réclamer Peeta (alors que son chéri Gale est à ses cotés). Si le film ne cherche jamais à préciser la nature de ce triangle amoureux, c’est autour de la recherche de l’oiseau perdu que la Révolte va se construire. Malheureusement, entre discours inspirés et visites des districts en guerre, Hunger Games – La Révolte Partie 1 a bien du mal à avancer et se réfugie derrière des prétextes fumeux. Alors que le District 13 est annoncé comme le berceau de la rébellion, tous ne semblent pas prêt à se lancer dans la bataille qui s’offre à eux et préfèrent se planquer quand les choses tournent au vinaigre (bien qu’ils soient armés jusqu’aux dents), pousser la chansonnette ou s’attarder étrangement sur la nouvelle tenue super fashion du Mockingjay.
Heureusement, Hunger Games – La Révolte Partie 1 en profite pour développer une nouvelle sous-intrigue intéressante, opposant enfin Katniss à un Némésis inattendu (pour ceux qui n’ont pas lu les livres, forcément) qui pourrait bien faire basculer toutes ses certitudes. Le film se conclue sur une héroïne fragilisée dont, pour la première fois, les déterminations semblent flancher.

hungergames3_2

Évidemment, lorsque la conclusion d’une saga est divisée en deux, il faut s’attendre à quelques déceptions en cours de route. Les points positifs sont que Hunger Games – La Révolte Partie 1 est divertissant et riche en nouveaux éléments qui viennent alimenter la saga et l’attente du public. Les personnages principaux continuent d’évoluer, tandis que d’autres stagnent légèrement en retrait (Finnick, par exemple…) et le film reste toujours captivant malgré ses choix narratifs. Coté négatif, la coupure entre les deux chapitres ne pourra jamais être satisfaisante. Est-ce que tout le chapitre final aurait pu tenir en un film ? Pour ma part, c’est un mystère. Toujours est-il que question révolte, on repassera. Alors que le film est centré sur les fameux rebelles du District 13, Hunger Games – La Révolte Partie 1 freine visiblement des quatre fers pour faire durer le suspens et du coup, il ne se passe pas grand chose alors qu’en face, le Capitol est bien prêt à passer à l’offensive.
Autre bémol : le laisser-aller sur l’esthétisme du film. Certes, je me doute que l’adaptation colle au livre, mais étrangement, l’excentricité des premiers films me manque, des costumes Lady Gaga-esques des personnages aux décors fantaisistes du premier District. Pour Hunger Games – La Révolte Partie 1, la sobriété et l’uniformisation est de mise, certes, mais question décor, ce n’est pas la joie tant on a l’impression que le même plateau de ruines a été réutilisé pour chaque plan extérieur, tandis que la photographie est moins maîtrisée.

Au-delà des rangs sociaux, Hunger Games – La Révolte Partie 1 approfondit sa satyre en dénonçant un gouvernement dissimulateur et manipulateur vivant sur le dos et la sueur des plus démunis. Toutefois, si les trois premiers films de la saga sont toujours sujet à controverse, cet opus est celui de la dernière chance. En dehors des fans acquis, la saga a encore énormément de choses à prouver et le prochain film encensera ou enterrera tout le travail accompli. Hunger Games – La Révolte Partie 2 a intérêt à mettre les bouchées doubles et à tenir ses promesses (il serait temps). 

Au casting, les anciens sont de retours. Jennifer Lawrence (American Bluff, X-Men – Days Of Future Past…) est visiblement plus à l’aise dans son rôle (c’est à dire qu’elle fait moins la tronche) et parvient à transmettre de l’émotion à travers les découvertes de son personnage, tandis qu’en face, avec beaucoup moins de présence à l’écran, Josh Hutcherson (Paradise Lost…) s’améliore visiblement de film en film grâce à un jeu moins rigide. À leurs cotés, on retrouve Elizabeth Banks (The Hit Girls…), Woody harrelson (Insaisissables…) et Liam Hemsworth (Expendables 2…) en tant que supporters et Donald Sutherland (Comment Tuer Son Boss ?…) fait brillamment monter la pression.
Alors qu’ils étaient plus en avant dans les films précédents, Stanley Tucci (Transformers – L’Âge de l’Extinction…), Sam Claflin et Jena Malone sont, pour l’instant, en retrait. Le regretté Philip Seymour Hoffman (The Master…), à qui le film est dédié, apporte humour et légereté dans une trame très sombre et Julianne Moore (Maps To The Stars, Don Jon…) est parfaite dans son rôle de leader.

En conclusion, Hunger Games – La Révolte Partie 1 est un nouveau volet captivant de la saga, mais le découpage du dernier chapitre de la saga en deux parties dessert visiblement les ambitions du film. Le film de Francis Lawrence tricote une trame fragile pour gagner du temps et finit par traîner de la patte tant il manque de rebondissements. Cependant, Hunger Games – La Révolte Partie 1 continue de faire espérer une conclusion prometteuse, du coup je suis prête à excuser ses défauts. Il ne faudra donc pas me décevoir la prochaine fois. À voir !

Viva la revolucion and DIY hair!

Viva la revolucion and DIY hair!

Publicités

Une réflexion sur “Hunger Games – La Révolte Partie 1 : L’affrontement se fait attendre

  1. Pingback: Yellow Flicker Beat – Lorde | signmusic

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s