Flop 2014 : Les pires films de l’année

Comme tous les ans, il y a toujours un bon gros lot de films que j’ai pas aimé. Grosses déceptions, ratages complets ou simplement pas ma came, le tri n’a pas été facile. Evidemment, il y a les cibles faciles et, en tête de peloton, se trouvent surtout les films qui sentaient mauvais dès le début comme, RoboCop, 300 – La Naissance d’un Empire, Sin City 2 – J’Ai Tué Pour Elle et Rec 4 – Apocalypse. Et puis il y a ceux qui m’ont passablement énervée tant ils étaient navrants et là, il y a pas mal de comédies / soupes dramatiques françaises. J’y reviendrais un peu plus tard.

Dans ce Flop 2014, je me concentre vraiment sur les films qui m’ont déçus et les voici :

1. Transcendance, de Wally Pfister

transcendance1

Annoncé comme un des films fantastiques de l’année, Transcendance n’est qu’en fait un brouillon abandonné en cours de route, qui profite joyeusement de la rentabilité du nom de Johnny Depp (bien que ce dernier n’ait plus fait grand chose de bon depuis un moment). Long et pénible, le temps perdu devant ce film ne sera jamais récupéré. En fait, j’ai surtout mal pour Albert Einstein, cité sur l’affiche…
>>> Lire la critique complète

2. Transformers – L’Âge de l’Extinction, de Michael Bay

TRANSFORMERS L'AGE DE L'EXTINCTION - affiche officielle

Quand on va voir un film comme Transformers, on attend forcément du gros spectacle bien musclé, surtout avec Michael Bay à la barre. Je pensais savoir où je mettais les pieds, mais ce reboot/sequel vire tellement au n’importe quoi qu’il est difficile à sauver, entre un bordel hallucinant, des clichés vraiment limites et du placement de produits très très peu subtils.
>>> Lire la critique complète

3. The Amazing Spider-Man 2 – Le Destin D’Un Héros,
de Marc Webb

TASM2_4

J’espérais vraiment que cette suite se porte mieux que le précédent film. Malheureusement, après une première partie sympathique, TASM 2 retombe rapidement dans ses vieux travers, entre manque de rythme, écarts narratifs niais et absence d’ambition. À force de teaser encore et toujours (en prenant son public pour des buses), l’Homme-Araignée perd de sa superbe. Encore une fois.
>>> Lire la critique complète

4. American Bluff, de David O. Russell

americanbluff

Bien avant sa sortie, on entendait tout le temps parler de ce film. Après Happiness Therapy et Fighter, American Bluff était attendu au tournant, avec son casting dingue et son ambiance seventies colorée. Mais à l’arrivée, il n’y avait que des perruques et des heures de bla-bla stériles. Décevant et soporifique.
>>> Lire la critique complète

5. White Bird, de Gregg Araki

whitebird1

Précédé par la filmographie audacieuse de Gregg Araki et porté par la hype autour de Shailene Woodley, White Bird a été applaudi dans plusieurs festivals indies (Sundance…). Autant dire que je l’ai attendu la bave aux lèvres pour au final me retrouver devant un drame tiède, tournant autour d’une actrice « girl’s next door » qui se « lâche ». Mouai… Non seulement le drame qu’elle traverse est joliment éludé et sans surprise, mais le plus triste c’est que le véritable trésor du film, la sublime Eva Green, réussit à peine à relever le niveau.
>>> Lire la critique complète

6. The Spectacular Now, de James Ponsolt

TheSpectacularNow

Ou comment édulcorer les ravages de l’alcoolisme (adolescent) dans une bleuette naïve et facile…
>>> Lire la critique complète

7. Yves Saint Laurent, de Jalil Lespert

ysl3

Un biopic est toujours un exercice difficile, surtout lorsqu’il s’attaque à une icône connue pour son élégance et ses excès. Si l’ensemble est élégant, quand on y regarde de plus près… c’est l’ennui total.
>>> Lire la critique complète

8. Puzzle, de Paul Haggis

puzzle

Devant le pitch de Puzzle, il est difficile de ne pas penser à Collision (2005). Paul Haggis tente de recréer la magie mais s’encombre dans d’histoires plates et bien trop compliquées pour atteindre son but, délaissant complètement des personnages au potentiel dramatique bien présents (le duo Mila Kunis / James Franco). Dommage.
>>> Lire la critique complète

9. Palo Alto, de Gia Coppola

Palo Alto

Clairement inspiré par le cinéma de sa tante Sofia, Gia Coppola livre un ersatz fadasse d’un Virgin Suicides moderne où l’ennui vire à la déprime contemplative, perdu dans une mise en scène hasardeuse.
>>> Lire la critique complète

10. Lucy, de Luc Besson

Lucy

Aaaah… Lucy. Si ce film se retrouve dans ce top, ce n’est pas parce qu’il est décevant ni vraiment mauvais, c’est surtout parce qu’il part salement en cacahuète. Au-delà de l’emballage fantastique porté par une actrice sexy, il y avait de l’audace : celle d’explorer et d’essayer d’imager les capacités du cerveau humain jusqu’à son extrême. Luc Besson laisse filer son imagination et on ne peut pas lui en vouloir pour ça. Mais le traitement est légèrement catastrophique, entre incohérences et dénouement final frôlant l’absurde. Bon, après c’est Luc Besson…
>>> Lire la critique complète

***

Comme je l’ai dit plus haut, le cinéma français m’a bien énervée cette année, surtout aux rayons comédies. Rapidement, voici 5 films tout simplement navrants qui ont su appâter le chaland grâce à leurs castings, uniquement pour servir de la soupe réchauffée, sans saveur et souvent crétine :

  • Jamais Le Premier Soir, de Mélissa Drigeard : preuve qu’on peut toucher le fond et continuer de creuser dans la médiocrité
  • Jacky Au Royaume Des Filles, de Riad Sattouf : ce que Charlotte Gainsbourg est venue faire là-dedans me dépasse totalement
  • Sous Les Jupes Des Filles, d’Audrey Dana : ou comment réduire les femmes à des créatures hormonales et vulgaires qui changent leurs tampons comme des porcs et courent après le mâle parfait, dans un quotidien fantasmé et parsemé de clichés sexistes et de stupidité profonde.
  • Papa Was Not A Rolling Stone, de Sylvie Ohayon : comme il est dur de grandir en cité, nous dit la réalisatrice en servant une caricature grasse et insultante de la banlieue parisienne pour émoustiller un public plus bourgeois. Oups, j’arrête là, sinon elle va encore venir me taper sur les doigts via Twitter (oui, apparemment je ne suis pas de la Courneuve, donc mon avis ne compte pas).
  • Situation Amoureuse – C’est Compliqué, de Manu Payet : il parait qu’on est jamais aussi bien servi que par soi même, du coup Manu Payet écrit et réalise son propre film pour nous faire comprendre qu’il est drôle et talentueux. C’est peut-être ça le plus drôle en fait. Ou triste.

Et pour vous, quels sont les plus mauvais films de l’année ?

>>> Voir le Top 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s