[CRITIQUE] Connasse, Princesse des Cœurs de Noémie Saglio et Éloïse Lang

connasse_affiche

Surprenant et hilarant, le film de Noémie Saglio et Éloïse Lang est une comédie rafraîchissante et survoltée, mettant en scène une Camille Cottin en roue libre. De Paris à Londres, la Connasse de Canal+ se démène pour proposer des sketchs inédits et faire vivre une trame à la fois girly et énergique, quitte à prendre des risques incroyables. Malgré un léger flottement vers la fin du film, Connasse, Princesse des Cœurs est une jolie surprise pétillante, un peu glamour et carrément insolente. Un délice !

Le pitch : Camilla, 30 ans, Connasse née, se rend compte qu’elle n’a pas la vie qu’elle mérite et décide que le seul destin à sa hauteur est celui d’une altesse royale.

En 2013, Camille Cottin débarque sur Canal+ dans une mini-série intitulée Connasse, dans la lignée des comédies à sketchs comme Bref de Kyan Khojandi. Pour être honnête, après avoir regardé quelques sketchs, je n’étais pas des masses emballée par le concept. Rien que le fait de se surnommer « Connasse » m’avait hérissé le poil, tandis que mon naturel sceptique doutait de la véracité de ces caméras cachées souvent trop bien filmées à mon goût. C’est donc avec un peu de méfiance que j’ai découvert le film de Noémie Saglio et Éloïse Lang, d’autant plus que cette première avait co-réalisé le très décevant Toute Première Fois, avec Maxime Govare.

Pour le film Connasse, Princesse des Cœurs, Camille Cottin ne change rien à la recette de son succès et propose un film réalisé entièrement en caméra cachée. Dans cette suite de sketchs, la Connasse fait un constat amer : malgré sa magnificence naturelle, elle n’arrive pas à accéder au train de vie qu’elle mérite. Parmi toutes les « solutions » qui s’offrent à elle, la Connasse choisit probablement la plus farfelue et improbable : épouser le prince Harry. Aussitôt dit, aussitôt fait… ou presque. Avec son caractère déterminée, sa franchise borderline et son tempérament jusqu’au-boutiste, le personnage de Camille Cottin ne recule devant rien pour atteindre son but, quitte à prendre des risques fous. Evidemment, au-delà de l’histoire, c’est surtout l’idée des caméras cachées qui font vivre le film. Si la Connasse ose tout, ce sont surtout les réactions atterrées et/ou délirantes de ses interlocuteurs qui sont absolument hilarantes. Des gros yeux à la mâchoire qui tombe, en passant par l’agacement, les « victimes » de la Connasse renforcent le caractère comique du film grâce à leurs réactions naturelles auxquelles on s’identifie immédiatement. Résultat, on se marre comme des baleines devant l’audace de cette Connasse, à mi-chemin entre l’incrédulité et le divertissement, tant les sketchs prennent parfois des proportions inattendues, voire parfois dangereuses !

Si le film de Noémie Saglio et Éloïse Lang semble spontané et irréfléchi, il y a tout de même une sacrée réflexion en amont, en partie révélée à travers le générique de fin. Toutefois, pendant le film, il est assez étonnant de voir la qualité de certaines prises de vue et on pourrait se demander si ces caméras cachées sont réellement authentiques. Mais finalement, Connasse, Princesse des Cœurs possède un tel rythme et tant de scènes drôles et pétillantes, qu’on peut aisément excuser les doutes créés. De plus, la bande-originale enlevée conserve l’esprit insolent du film, en reprenant le générique avec des influences punk acidulées et des chansons originales, comment dire… étonnantes 😀 ! Le seul véritable hic du film se situe au niveau de son dénouement : en effet, avec un objectif aussi fou (épouser le Prince Harry), il faut bien trouver une conclusion qui ne fasse pas trop tâche. Afin d’aboutir, le film de Noémie Saglio et Éloïse Lang cède à l’entourloupe, d’une façon peu crédible qui crée une perte de rythme notable et un moment de flottement démontrant que le film a atteint ses propres limites. Si dans son ensemble, Connasse, Princesse des Cœurs, était une idée originale, peut-être que l’idée d’épouser le prince Harry n’était pas la meilleure option ?

Au-delà de ces quelques petits défauts, le film de Noémie Saglio et Éloïse Lang est inventif, novateur et frais, tandis que la Connasse, interprétée par une Camille Cottin (Les Gazelles, Toute Première Fois…) à la fois attach(i)ante et glamour, revisite le concept de la romcom à la française, avec une touche délicieuse d’arrogance et de travers typiquement parisiens (avouons-le). À voir !

Tou es manifaïke ma chériiiiiiiiie !

Tou es manifaïke ma chériiiiiiiiie !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s