[CRITIQUE] À La Poursuite de Demain, de Brad Bird

Tomorrowland_1

Spécialistes du divertissement familial, les studios Disney proposent un film d’aventures étonnant et débordant d’une énergie communicative. Habité par des personnages attachants et plein de ressources, À La Poursuite de Demain est surtout un univers visuel superbe et travaillé, grâce à des décors fabuleux tout droit sortis de l’imaginaire, quelque part entre la science-fiction et l’animation. Cependant, le film de Brad Bird est traversé par une morale bien-pensante et trop sucrée qui rend l’ensemble parfois trop enfantin, ce qui risque de laisser les moins jeunes d’entre nous sur le carreau.

Le pitch : Casey, une adolescente brillante et optimiste, douée d’une grande curiosité scientifique et Frank, un homme qui fut autrefois un jeune inventeur de génie avant de perdre ses illusions, s’embarquent pour une périlleuse mission. Leur but : découvrir les secrets d’un lieu mystérieux du nom de Tomorrowland, un endroit situé quelque part dans le temps et l’espace, qui ne semble exister que dans leur mémoire commune… Ce qu’ils y feront changera à jamais la face du monde… et leur propre destin !

Après avoir validé l’essai Pirates des Caraïbes, les Studios Disney décident de s’inspirer à nouveau des attractions du parc Disneyland (type Royaumes enchantés, vous savez : le monde des poupées, la chanson entêtante et la balade en bateau…) pour proposer un film familial et ambitieux. Touche-à-tout et papa des heureux Indestructibles et Ratatouille, ainsi que du dernier Mission Impossible : Protocole Fantôme, Brad Bird allie le meilleur des deux mondes pour réaliser À La Poursuite de Demain (qu’il a d’ailleurs choisi de faire à la place de Star Wars 7 !). Articulé autour d’une adolescente intrépide, le film débute avec la promesse d’un monde fabuleux où la technologie dépasse l’imagination, avant de revenir à une réalité plus sombre que la jeune Casey pourrait sauver.

De la découverte d’un pin’s étrange à la rencontre de personnages surprenants et plus ou moins réticents à l’idée de l’aider, notre héroïne va tout mettre en œuvre pour découvrir le mystère qui se cache derrière Tomorrowland. Là où les studios Disney innovent, c’est dans le traitement de leurs personnages : le personnage principal est une fille, Casey, qui a de l’énergie à revendre et n’a pas besoin d’une quelconque trame sentimentale pour exister, tandis que sur son chemin elle croise un ex-inventeur désabusé qui, contrairement au figure paternelle habituelle, va avoir besoin d’être motivé, et une fillette pleine de surprises. Chaque personnage est utilisé à contre-courant, ce qui donne une énergie communicative à un ensemble distrayant qui file à toute allure. Truffé de rebondissements, À La Poursuite de Demain enchaîne les péripéties et les révélations, en faisant cohabiter ces personnages atypiques et attachants qui nous entraînent sans effort dans une course hautement divertissante vers Tomorrowland.

En effet, au-delà de l’histoire, l’atout principal du film de Brad Bird réside dans son univers graphique spectaculaire. Visuellement, À La Poursuite de Demain est à la fois magique et inventif. Les Studios Disney tentent de se remettre du désastre John Carter en misant à nouveau sur un film de science-fiction et, cette fois, le risque est payant puisque qu’on retrouve à l’image l’ambition qui vrille autour du film. Grâce à ses effets spéciaux, ce monde fantastique fait vivre à l’écran des inventions toujours plus impressionnantes, qui donnerait presque envie que tout cela soit vrai, tout en mettant en avant la créativité débordante aussu bien de ses personnages que dez techniciens (artistes) qui ont travaillé sur le film. Véritable ode à l’imagination, À La Poursuite de Demain fait rêver et émerveillera aussi bien les petits que les grands, grâce à un aspect visuel maîtrisé qui accompagne une intrigue ambitieuse et savamment entretenue. Si Brad Bird a renoncé à Star Wars 7 pour réaliser ce film, il n’a visiblement par renoncer à l’idée de puiser dans le space opera pour créer Tomorrowland, une cité futuriste qui n’aurait rien à envier aux royaumes d’Asgard (Thor) ou ceux du récent Jupiter Ascending des frères Wachowski. À La Poursuite de Demain prolonge le divertissement à travers des effets spéciaux réussis et une photographie soignée.

tomorrowland_city

Et pourtant, alors qu’À La Poursuite de Demain aurait pu frôler la réussite, le film de Brad Bird est rattrapé par sa thématique générale : la famille. Derrière ce joyau débridé se cache une morale bien-pensante et optimiste qui, dans un premier temps se fait plutôt discrète voire mignonne pendant l’introduction du film, puis devient de plus en plus imposante. À force de se répéter, À La Poursuite de Demain a bien du mal à boucler son dernier acte avec la même énergie puisque le ton trop enfantin de cette morale finit par prendre le pas sur l’aventure. En effet, le film s’appuie sur les récentes catastrophes mondiales, des guerres au réchauffements climatiques, en passant par le manque de considérations inter-personnelles, pour dresser un tableau fataliste du monde dans lequel nous vivons, avant de saupoudrer ce qui ressemble de plus en plus à une leçon de morale visant directement les enfants… pour un monde meilleur. C’est bien gentil, mais c’est dommage car l’univers enthousiasmant de Tomorrowland suffisait à établir la même conclusion.
Une autre chose qui me chagrine, c’est aussi le manque de diversité culturelle ou plutôt le manque de mise en avant de la diversité culturelle de Tomorrowland, qui n’affiche que des personnages de couleur englués dans certains clichés. Cela n’entache pas la bonhomie générale du film, mais il faut toutefois le noter.

Au casting, peu d’étincelles mais un ensemble qui fonctionne parfaitement : Britt(any ?) Robertson (The Secret Circle, Under The Dome…) est certes un second choix mais s’en sort plutôt bien, même si elle manque souvent de se faire éclipser par l’adorable Raffey Cassidy (Dark Shadows, Blanche-Neige et le Chasseur…) dont la maladresse est aussi attachante que son personnage est étonnant. À leurs cotés, George Clooney (Monuments Men, Gravity…) et Hugh Laurie (Dr House…) font le job, l’un toujours aussi affable et l’autre retrouvant son personnage grincheux. À noter, Thomas Robinson et Pierce Gagnon (Looper…), deux mini-acteurs qui ne font que passer mais qui sont totalement adorables.

En conclusion, Brad Bird s’aventure dans un défi double : allier science-fiction et film familial dans un giron Disney-like capable de plaire aux petits comme aux grands. À La Poursuite de Demain relève plutôt bien ce pari fou et se révèle une véritable invitation au rêve, grâce à un aspect visuel qui sert parfaitement l’ambition débordante du film. Malheureusement, à force de rabâcher une morale trop sucrée, l’aventure se détache du film familial et finit par adopter une tonalité trop enfantine qui pourrait gâcher l’expérience de spectateurs plus adultes. À voir !

Do you wanna build Tomorrowlaaaannnnd?

Do you wanna build Tomorrowlaaaannnnd?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s