[CRITIQUE] Pitch Perfect 2, de Elizabeth Banks

pitchperfect2

Bruyant et cousu de fil blanc, la suite de Hit Girls (titre francisé du premier Pitch Perfect) débarque sur nos écrans avec plus de chant, plus de compétition, plus de clichés mal placés et plus d’hystérie. En tout objectivité (et en assumant mon avis), je préférais la fraîcheur du premier face à cet ensemble poussif et criard qui tient à peine debout à cause d’un scénario écrit à la truelle. Même le spectacle final n’est pas à la hauteur du premier, Pitch Perfect 2 prouve ainsi que le concept hystérico-pop à ses propres limites.

Le pitch : Cela fait trois ans que les Barden Bellas se sont imposées comme le premier groupe exclusivement féminin à remporter un titre national grâce à leurs voix, leur style et leur attitude reconnaissables entre toutes. Mais lorsqu’elles se retrouvent radiées suite à un scandale qui risque de compromettre leur dernière année à Barden, les Bellas devront se serrer les coudes pour retrouver leur voix et remporter le championnat…

Je ne vais pas revenir sur mon premier avis, car de toutes façons Hit Girls de Jason Moore a tenu un tel succès qu’Elizabeth Banks a rempilé pour une suite, qu’elle réalise elle-même (sic) cette fois.
Si les films de chant et de danse ont toujours du mal à tenir la route à cause de leur maigre scénario, la plupart parviennent à proposer une storyline un minimum crédible. Dans Pitch Perfect 2, tout laisse à penser que les scènes-clé du film ont d’abord été écrites, puis le reste de l’histoire a été tricoté autour. Après une ouverture au trash à peine assumé (au moins dans le premier film, on jouait avec le vomi), Pitch Perfect 2 se lance dans une histoire aux accents pop et acidulé, entrecoupée de chants et et de montages inspirés pour gagner du temps (entraînement, répétition, flou temporel…). Si on parvient à survivre à la torture auditive qu’est la « chanson » de Jessie J et ses copines (Bang Bang), l’arrivée d’une nouvelle prétendante Bella montre déjà les faiblesses du scénario, à travers sa façon ostensible d’ignorer complètement le scandale qui entourent ses nouvelles amies (malgré le fait qu’elle soit très fan du groupe). En effet, le film d’Elizabeth Banks vise l’enchaînement de scènes dynamiques, alors que la plupart sont affreusement vides, ayant pour but de combler les trous jusqu’au climax final. Tout cet étalage coloré et pseudo-musical (où plusieurs chansons reprises sont joyeusement massacrées) tente vainement de faire diversion pendant tout le film, tandis que le traitement de certains personnages sort à peine du lot. Entre les tentatives de romance et un aperçu affligeant de la vie adulte, Pitch Perfect 2 est une accumulation aberrante de mauvais goût, à la fois criard et ridicule. Le plus affolant ce sont finalement les clichés qui jalonnent le film. Si dans le premier film, on pouvait tranquillement rigoler devant les blagues sur le personnage lesbien, la nympho du groupe et sur cette Fat Amy qui s’occupe elle-même de ridiculiser les gros (mais c’est pas grave, puisqu’elle est elle-même grosse… hahaha…), cette fois dans Pitch Perfect 2, il devient clair que cette surdose de vannes ne sert qu’à justifier (et à excuser) les stéréotypes grossiers et ambulants sur les personnages Allemands, les fameux rivaux des Bellas. Mais ce n’est pas grave, encore une fois, vu que les Américains se moquent d’eux-même dans le film, donc se moquer des autres c’est pareil… sauf que non, car cela devient vraiment gênant au fur et à mesure que le film avance.

En fait, j’admets avoir été très sévère avec le premier film, Hit Girls, qui proposait certes un scénario simplet mais qui se suffisait sans en faire des tonnes, assurant le show jusqu’à un final conquérant. Dans Pitch Perfect 2, le manque de crédibilité est présent dans de nombreux aspects du film, de la fameuse compétition de chant a-capella mondial (rien que ça) à la popularité de ces personnages au sein de leurs écoles, qui ne correspond plus vraiment à la facette marginale proposée dans le premier film. Alors que le film avait l’occasion d’explorer le retour à la réalité, notamment à travers le personnage de Becca qui cherche à préparer son futur ou celui de Chloe en a visiblement peur, ce sujet, pourtant adapté, est perdu en cours de route, au profit d’un brouahaha sonore qui, avouons-le, ne répond à aucune règle concrète.

Au casting : les acteurs principaux sont de retour, dont une Anna Kendrick (Cake, Into the Woods, The Voices…) est visiblement là par obligation et une Rebel Wilson (La Nuit au Musée 3…) heureusement en perte de vitesse et toujours aussi insupportable. Brittany Snow donne le change, accompagnée par Skylar Astin, toujours aussi accessoires. La surprise du casting reste néanmoins Hailee Steinfeld (New York Melody, The Homesman…) – oscarisée, rappelons-le – qui vient clairement perdre son temps et son talent dans une franchise déjà essoufflée dès le début de son second opus. En parallèle, Elizabeth Banks (Hunger Games : La Révolte – Partie 1…) et John Michael Higgins (Nouveau Départ, Bad Teacher…) persistent à jouer les commentateurs… mais pour qui au juste ?

En conclusion, Pitch Perfect 2 : bruyant, creux et inintéressant. La question : est-ce que le film d’Elizabeth Banks réussira à conquérir le même public ? Effectivement, c’est girly, c’est coloré et ca colle parfaitement à cette période estivale… Je ne doute pas que certains y trouveront de la bonne humeur et du divertissement, d’autant plus que Pitch Perfect 2 vise musicalement très large (sans échapper aux hits du moment ni à Taylor Swift). À vous de vous faire votre propre idée, pour ma part, l’expérience était pénible.

Thoughts about a third movie?

Thoughts about a third movie?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s