[CRITIQUE] La Face Cachée de Margo, de Jack Shreier

Print

Porté par le succès de Nos Étoiles Contraires sorti un an plus tôt, un autre livre de John Green se retrouve propulsé sur grand écran. La Face Cachée de Margo a beau conserver une identité adolescente, à travers une quête mystérieuse et teintée d’humour. Malheureusement, le film de Jack Shreier dépeint des personnages naïfs et transparents, mus par des micro-drames superficiels singeant le passage à l’âge adulte. Maladroit, La Face Cachée de Margo plaira sans doute aux plus jeunes mais laissera de marbre ceux qui, à l’an passé, avaient été convaincus par la fraîcheur et la subtilité de Nos Étoiles Contraires.

Le pitch : D’après le best-seller de John Green, La Face Cachée de Margo est l’histoire de Quentin et de Margo, sa voisine énigmatique, qui aimait tant les mystères qu’elle en est devenue un. Après l’avoir entraîné avec elle toute la nuit dans une expédition vengeresse à travers leur ville, Margo disparaît subitement – laissant derrière elle des indices qu’il devra déchiffrer. Sa recherche entraîne Quentin et sa bande de copains dans une aventure exaltante à la fois drôle et émouvante. Pour trouver Margo, Quentin va devoir découvrir le vrai sens de l’amitié… et de l’amour.

Depuis 2005, John Green est un peu le Judy Blume du 21ème siècle grâce à ses romans pour adolescents (qui généralement grandissent trop vite). Grâce au film de Josh Boone, Nos Étoiles Contraires, adapté d’un de ses best-sellers, il semblerait que les œuvres de John Green soit devenues une source d’inspiration pour les studios de cinéma. À peine un an plus tard (et beaucoup de précipitation), La Face Cachée de Margo débarque sur nos écrans, vendu comme le digne héritier de l’émouvant Nos Étoiles Contraires, avec le luxe d’avoir en tête d’affiche la hit-girl Cara Delevingne.

À l’arrivée, La Face Cachée de Margo met en scène une amitié enfantine mise à mal par l’adolescence. Alors qu’un devient aussi populaire que mystérieux, l’autre ronge son frein en attendant patiemment un retour de flamme. La disparition de Margo va rapidement donner un sens à l’existence du jeune Quentin, qui va se sentir investir d’une mission spécialement créée pour lui. Le film de Jack Shreier ressemble à une chasse au trésor où chaque énigme révèle une anguille sous roches. Entre maux adolescents et préoccupations rudimentaires, le film balaye de nombreux clichés très américains, entre paraître et bien-être, à travers une intrigue trop légère.
Si l’intention était de voir ses personnages grandir au fur et à mesure du film, Jack Shreier chaperonne finalement une bande de gosses aux hormones en ébullition, baignant dans l’aura d’une héroïne au narcissisme sur-développé. Là où Nos Étoiles Contraires équilibrait l’âge de ses protagonistes avec la maturité du drame qu’ils traversaient, dans La Face Cachée de Margo patauge dans des maux existentiels tout ce qu’il y a de plus banal (qui suis-je ? où vais-je ?) et une obsession maladive sur le besoin d’être aimé. Le film propose des personnages transparents et s’attache surtout à tisser un mystère autour d’une héroïne faussement cool et vraiment détestable. Si le passage à l’âge adulte rime souvent avec le bruit d’une bulle qui éclate, La Face Cachée de Margo ne propose pas grand chose pour relever le niveau, après un ensemble criblé de maladresses et un twist final décevant (tout ça pour ça).
Cette nouvelle adaptation d’un livre de John Greene vise directement un public adolescent, sans seconde lecture possible, pour lequel le film tient finalement ses promesses grâce à une ambiance « YOLO » et un humour scolaire, malheureusement pas accessible à tous les âges (surtout si vous n’avez pas grandi avec les Pokemons).
En résumé grossier : c’est mignon tout plein, mais ça casse pas trois pattes à un canard. Pire, le cameo surprise dans le film agit plus comme un petit pincement au cœur : où est passé la plume à ma fois bienheureuse et tragique de John Green ? A-t-elle été perdu dans l’adaptation du livre ou est-ce tout simplement une oeuvre superficielle qui a largement été survendue ? Dans tous les cas, La Face Cachée de Margo se révèle être un drame plutôt moyen, noyé dans un océan d’émotions indistinctes qui ne parviennent jamais à transpirer au-delà de l’écran. On s’ennuie ferme, donc.

Au casting, Nat Wolff (Nos Étoiles Contraires, Palo Alto…) retrouve la vue mais reste coincé dans le même type de rôle, dans un personnage touchant mais creux, à la recherche d’une Cara Delevingne (prochainement dans Pan et Suicide Squad…), certes superbe, mais transparente. Autour d’eux, Halston Sage (The Bling Ring…), Justice Smith et Jaz Sinclair font passer le temps, tandis que le jeune Austin Abrams (The Walking Dead…) égaye un ensemble terne qui cherche bien trop vite à paraître bien trop vieux.

En conclusion, La Face Cachée de Margo ressemble à Nos Étoiles Contraires, mais n’est malheureusement qu’un film adolescent et peu intéressant, voguant sur des maux superficiels et des amourettes naïves. Tout cela aurait pu fonctionner, pourquoi pas, si le film ne tournait pas une héroïne narcissique et déjà peu attachante dès le début du film. À voir si vous avez lu le livre, pourquoi pas…

Vas-y, tire mon doigt !

Vas-y, tire mon doigt !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s