[CRITIQUE] Le Grand Jeu, de Nicolas Pariser

legranjeu

Si Nicolas Pariser est un habitué des sujets politiques qu’il a exploré dans des précédents courts-métrages, son premier long est un pari ambitieux puisque son sujet, a priori favori, côtoie le monde de la littérature. Alors que la première partie laisse planer un mystère plutôt entraînant, Le Grand Jeu finit par flotter autour d’une romance un peu grise, perdue dans un univers politique et littéraire apathique et parfois trop pompeux.

Le pitch : Pierre Blum, un écrivain de quarante ans qui a connu son heure de gloire au début des années 2000, rencontre, un soir, sur la terrasse d’un casino, un homme mystérieux, Joseph Paskin. Influent dans le monde politique, charismatique, manipulateur, il passe bientôt à Pierre une commande étrange qui le replongera dans un passé qu’il aurait préféré oublier et mettra sa vie en danger. Au milieu de ce tumulte, Pierre tombe amoureux de Laura, une jeune militante d’extrême gauche; mais dans un monde où tout semble à double fond, à qui peut-on se fier ?

Après trois courts-métrages, dont un sélectionné à la Semaine de la Critique au Festival de Cannes de 2013, Agit Pop, Nicolas Pariser se lance dans un premier long métrage ambitieux. À cheval entre le monde littéraire et politique, Le Grand Jeu s’inspire de faits réels dans un thriller fastidieux où un écrivain en perte de vitesse accepte d’écrire un livre pour un homme manipulateur. Si le contexte semble à vue de nez un poil poussiéreux, le film a pourtant réussi à m’intéresser grâce à la rencontre entre ses deux protagonistes principaux et leurs différences singulières. En effet, le coté un peu revêche et barbant du personnage incarné par Melvil Poupaud est contre-balancé par son style de vie atypique, et surtout par le piège dans lequel il plonge les yeux fermés, avec l’aide d’André Dussollier. Au début, Le Grand Jeu est intéressant, avec ses histoires de manipulation en eaux troubles. Nicolas Pariser dénonce des pratiques politiques sans vraiment pointer du doigt un parti ou un autre, ni même toucher les hautes sphères. En fait, son film s’intéresse aux personnages qui se trouvent au milieu de la pyramide, les invisibles qui tirent les ficelles dans l’ombre et qui prennent les pires décisions, comme celui d’embringuer un auteur désabusé et usé dans une combine qui pourrait lui coûter la vie.
Oui mais voilà, alors que l’histoire est déjà bien compliquée, Le Grand Jeu s’offre une parenthèse un peu bancale avec une romance naissante affadie par le contexte grisonnant du film. Au lieu d’illuminer une trame déjà lourde, cette intrigue amoureuse va s’embourber dans des échanges soporifiques et Le Grand Jeu sombre rapidement dans un ensemble de plus en plus morne. En voulant jongler sur tous les tableaux tout en faisant maladroitement traîner le mystère, Nicolas Pariser signe un film poussiéreux, cherchant à évoquer le classicisme tendu des films à joutes verbales. Malheureusement, si la politique ne m’a pas rebutée d’entrée de jeu, je pense que c’est le coté littéraire qui m’a déplu, car le film est surtout marqué par des dialogues pompeux, parfois très hautain, qui n’aident pas vraiment à apprécier les personnages.

Au casting, André Dussollier (Le Petit Prince, Trois souvenirs de ma jeunesse…) ne parvient pas à sauver l’ensemble, malgré son personnage intéressant. À ses cotés, Melvil Poupaud (Fou d’amour…), Clémence Poésy (Tunnel, Harry Potter…) et Sophie Cattani (Un Illustre inconnu…) cohabitent plutôt mollement.

En conclusion, alors que j’étais plutôt enthousiaste au début, Le Grand Jeu est rapidement devenu assommant tant la trame s’étire à n’en plus finir, tissant une intrigue maussade et peu animée. Nicolas Pariser ne parvient pas à naviguer entre son sujet principal et l’intrigue amoureuse qu’il tente de lier, livrant un film qui aurait pu être plus captivant mais le coche est largement loupé. En clair, c’est l’ennui. À éviter.

legrandjeu_2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s