[CRITIQUE] Pattaya, de Franck Gastambide

pattaya

On prend les mêmes et on recommence… ou presque. Franck Gastambide revient à la réalisation avec Pattaya, une comédie décalée et régressive qui renoue avec l’ambiance survoltée des Kaïra. Drôle, un peu sale et bescherellement incorrect, Pattaya baigne dans une folie douce et foutraque qui évite brillamment la redite pour offrir du divertissement un peu dingue, pas trop lourd mais tout de même efficace… si on aime ce genre d’humour évidemment.

Le pitch : Franky et Krimo rêvent de quitter la grisaille de leur quartier pour partir en voyage dans la célèbre et sulfureuse station balnéaire thaïlandaise de PATTAYA. Pour pouvoir s’y rendre à moindre coût, les deux amis ont la folle idée d’inscrire à son insu le nain de leur quartier au championnat du monde de Boxe Thaï des Nains. Mais ce qui devait être pour eux des vacances de rêves va se transformer en l’aventure la plus dingue et périlleuse de leurs vies.

Les Kaïra, c’est un peu l’histoire d’un conte de fée urbain et moderne sorti de nulle part, ou plutôt si : du fin fond du 77, avec Franck Gastambide, ancien éleveur de chiens dangereux, qui est tombé dans le cinéma presque par hasard, avant de lancer les Kaïra en web-série. La suite, on la connait : Canal+, les pubs Pepsi et un premier film. Le succès est au rendez-vous mais les Kaïra sont tout de même attendus au tournant : leurs personnages  caricaturent les mecs de cité, adoptant un humour lourd et potache avec un phrasé plutôt imagé entre verlan et fautes de français. Du coup, le trio plait à une cible plutôt visée, et proposer un deuxième film après le succès des Kaïra semblait être un pari risqué : est-ce une suite non assumée ou un tout nouveau départ ?

La réponse s’inscrit dans un cliché très thaïlandais : same, same but different comme on dit souvent sur les marchés. Pattaya fait du neuf avec du vieux et conserve son énergie délirante et les points forts de ses Kaïra, tout en renouvelant ses personnages pour éviter le copier-coller. Pour ma part, je n’étais pas spécialement fan du trio initial, donc j’ai pu redécouvrir l’ambiance des Kaïra sous un nouveau jour et avec un nouveau casting aux côtés de Franck Gastambide. Dans Pattaya, on se familiarise rapidement avec l’univers rudimentaire des héros, qui mise sur un humour à mi-chemin entre la crétinerie et la lucidité, tout en cultivant des portraits de doux rêveurs attachants. Le cadre urbain pose un décor plutôt franc et en quelques minutes, Pattaya nous embarque dans une aventure saugrenue en Thaïlande, à la rencontre d’un gourou organisateur de combats de nains et de personnages haut-en-couleurs.

pattaya2Avec ses faux airs de Very Bad Trip 2, on aurait vraiment pu s’attendre à pire, pourtant Franck Gastambide évite de tomber dans la facilité. Certains, on échappe pas aux vannes sur les shemales, la drogue et les festivités locales, mais Pattaya ne s’appuie pas dessus pour dérouler une intrigue originale et finalement surprenante. En effet, le film repose sur ce trio improbable qui enchaîne les mauvaises idées et qui se démènent tout du long pour se sortir du pétrin. Pattaya assume pleinement son style et dégage une énergie conquérante dans un délire jusqu’au-boutiste qui ne déçoit pas.
Fidèle à l’humour décalé du trio mené par Frank Gastambide, le film cumule les gags et les situations grotesques dans un rythme enlevé, allant de la répartie bien sentie à la scène purement drolatique, sans jamais perdre de vue l’essence même des Kaïra. Car oui, il s’agit bien de cela, il faut bien garder en tête que si on adhère pas à ce type d’humour un peu gras et très pipi-caca (surtout caca), il sera difficile de passer un bon moment devant Pattaya. Pourtant, Franck Gastambide signe un film relativement abouti et mature, d’un point de vue globale. Il aurait pu choisir la facilité, s’offrir des vacances en Thaïlande en remuant les clichés déjà-vus mille fois tout en resservant les mêmes gags des Kaïra, mais heureusement le réalisateur et acteur innove en proposant de la nouveauté tout en conservant ses racines urbaines et décalées. Le résultat fonctionne plutôt bien et livre une trame délirante qui fait du film une comédie bien sympa qui saurait dérider même les plus perplexes.

Cependant, même si le second degré est de mise dans Pattaya, certains moments seront difficiles à avaler. Pour ma part, j’arrive à rire de beaucoup (beaucoup) de choses, mais les vannes sur le physique m’ont toujours dérangées. Du coup, les combats de nain et l’humour sur les gros ont une seconde lecture un peu trop moqueuse et méchante qui détonne avec ces personnages doux dingues, qui séduisent grâce à leurs cotés clowns crétins et sans aucune perfidie. C’est un peu dommage.

Au casting, justement, on y retrouve évidemment Franck Gastambide (Toute Première Fois, Les Gazelles…), Malik Bentalha (La Vache…) et Anouar Toubali s’éclatent comme des petits fous pour amuser la galerie, accompagnés par Ramzy Bedia (Lolo…) et Gad Elmaleh (L’Écume des Jours..), ainsi que quelques guests comme Fred Testot, Booder ou encore Cyril Hanouna (histoire de bien caler le ton du film). Fil rouge sentimentalo-comique du film, Sabrina Ouazani (Antigang…), que Fred Gastambide surnomme la Michelle Rodriguez française, est géniale, en ex revancharde, même si elle ne participe qu’entre des textos et des flasbacks.

En conclusion, si vous aimez les Kaïra et/ou si vous n’êtes pas réfractaires à l’humour bas de plafond et assumé, Pattaya est pile ce que vous attendez. Drôle, foutraque et bien mené, le film de Franck Gastambide signe une seconde comédie sympathique, à l’aise dans un registre qu’il maîtrise à fond. À voir, en étant averti.

pattaya3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s