[CRITIQUE] Midnight Special, de Jeff Nichols

midnightspecial

Après Take Shelter et Mud, Jeff Nichols renoue avec le drame SF dans un Midnight Special curieux mais finalement atone. Le film suit un récit linéaire, comportant une mission qu’il suit sans vraiment en creuser les répercussions, avant de livrer une fable un chouilla mystique centrée sur une relation père-fils qui n’évolue pas vraiment. Volontairement ou non, Midnight Special fait écho à de nombreuses références cinés mais finit par manquer d’intérêt, car en dehors du périple des personnages il n’y a finalement aucune réponse aux nombreuses questions soulevées dans le film. Heureusement, Michael Shannon est, comme souvent, parfait et la bande-originale est accrocheuse.

Le pitch : Fuyant d’abord des fanatiques religieux et des forces de police, Roy, père de famille et son fils Alton, se retrouvent bientôt les proies d’une chasse à l’homme à travers tout le pays, mobilisant même les plus hautes instances du gouvernement fédéral. En fin de compte, le père risque tout pour sauver son fils et lui permettre d’accomplir son destin. Un destin qui pourrait bien changer le monde pour toujours.

Suis-je réellement compatible avec le cinéma de Jeff Nichols ? Je commence à en douter. Celui que certains annoncent comme la relève de Spielberg (!) a tendance à me laisser trop souvent de marbre. Je l’ai découvert avec Take Shelter (2012), un drame de science-fiction qui m’avait marquée par sa lenteur et son absence de dynamisme jusqu’à un final plutôt satisfaisant, puis j’ai retenté l’expérience avec son film suivant, Mud – Sur Les Rives du Mississippi, que j’ai trouvé bien trop lisse et académique pour être sincère.

Malgré tout, je suis allée voir Midnight Special sans a-priori : je n’avais pas lu le synopsis ni vu la bande-annonce. Peut-être que j’aurai dû le faire pour le coup, car sans rien savoir du film, je me suis laissée embarquée par la fuite des personnages et le mysticisme qui entoure l’enfant et ses pouvoirs, laissant de coté les liens familiaux explorés dans le film. Car finalement, c’est ce que Jeff Nichols tente d’explorer dans son film, dans une ambiance pleine de mystères, il narre le combat d’un père pour sauver son fils, différent des autres, quitte à devoir le perdre. Entre sacrifice et rédemption, Midnight Special choisit une trame fantastique pour disséquer des relations humaines à un niveau très terre-à-terre, observant la place de ce père déterminé face à un choix difficile.

Pourtant, si Jeff Nichols maintient à merveille une tension haletante autour de son intrigue, ce n’est pas la relation père-fils qui a retenu mon attention, mais bien l’enfant en lui-même. De l’endroit dans lequel il vivait (une secte ?) à ses capacités extraordinaires, Midnight Special crée tout un contexte autour de ce personnage, soulevant des questions concernant ses origines et ses intentions, qu’il cultive à chaque instant du film, pour finalement proposer un élément de réponse ultra simple… mais surtout hyper frustrant. Du coup, alors que je m’attendais à voir le film explorer d’autres univers, Midnight Special s’avère très linéaire, allant d’un point A à un point B, sans pour autant s’attarder sur le reste, que le film laisse en jachère sans vraiment répondre aux questions qu’ils soulèvent pendant tout le film. Tout cela devient petit à petit très pénible, d’autant plus que le film fait de nombreux efforts de mises en scène pour appuyer les pouvoirs surnaturels de l’enfant.

midnightspecial

En plus de me laisser sur ma faim, Midnight Special avait surtout un faux air de déjà-vu. Jeff Nichols distille de nombreuses références ciné dans son film, quelles soient volontaires ou non (difficile de ne pas sourire aux références à Superman avec Michael Shannon dans les parages (Zod, dans Man Of Steel) ou de ne pas penser au monde fantastique d’À La Poursuite de Demain à la fin…), il faut tout de même avouer que « la relève de Spielberg » nous a finalement pondu un E.T. L’extraterrestre 2.0. Bon, j’exagère peut-être un peu (E.T. était bien mieux), mais en observant la trame, les similitudes sont nombreuses, bien que la narration de Jeff Nichols ne parvient pas à éviter les creux.

Pour moi, je me retrouve toujours avec le même problème avec Jeff Nichols : sur le papier, il livre un film ambitieux et bien réalisé, car il y a toujours un élément qui accroche à l’ensemble, que ce soit le choix de ses acteurs, la photographie lunaire du film ou encore la bande-originale entêtant qui contribue à entretenir le suspens. Les intentions sont là, techniquement – à mon humble avis – Midnight Special est réussi mais coté scénario, c’est la déception. Jeff Nichols signe un récit linéaire qui parvient sans peine à atteindre son but, mais semble ne pas vouloir tenir compte des intrigues sous-jacentes qu’il entretient en parallèle. Du coup, le film laisse en sentiment d’inachevé assez frustrant, car au-delà d’avoir une simple issue à la fin du film, je reste avec plein d’interrogations sur tout ce qui a pu se passer… avant que le film ne débute. Arf !

Au casting, Michael Shannon (Free Love, Young Ones…), donc, est toujours aussi charismatique et saisissant dans un personnage contrasté. Il partage l’écran avec Joel Edgerton (Strictly Criminal, Exodus: Gods And Kings…) et Kirsten Dunst (Légendes Vivantes…), tous les deux un peu en retrait, tandis que le jeune Jaeden Lieberher est plutôt convaincant dans un rôle un peu difficile. Adam Driver (Girls, While We’re Young…) et Sam Shepard (Cold In July, Un Été à Osage County…) sont notamment de la partie.

En conclusion, si vous espériez un film purement fantastique et habité de petits hommes verts (ou lumineux), vous risquez d’être déçus. Midnight Special narre avant tout l’histoire d’un père prêt à tout pour sauver son fils dans un récit, certes curieux et haletant, mais finalement frustrant car Jeff Nichols nous abandonne avec un final sans véritable réponse. À tester.

midnightspecial2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s