[CRITIQUE] Adopte Un Veuf, de François Desagnat

adopteunveuf

Si vous avez envie d’un bon moment de détente et de rire, la comédie Adopte Un Veuf est pile ce qu’il vous faut. Entre un André Dussollier impeccable en faux grognon et une Bérangère Krief espiègle, le film de François Desagnat respire la bonne humeur et la légèreté dans ce festival de rencontres improbables et de situations incongrues. Adorable, drôle et sucré (mais pas trop), Adopte Un Veuf n’a peut-être rien d’un film d’auteur mais compile ce qu’il y a de mieux dans les comédies françaises, de la simplicité attachante de ses personnages à une histoire à la fois originale et acidulée. J’aime !

Le pitch : Lorsqu’on est veuf depuis peu, il est difficile de s’habituer à sa nouvelle vie… C’est le cas d’Hubert Jacquin, qui passe le plus clair de son temps dans son immense appartement à déprimer devant sa télé. Un beau jour, suite à un quiproquo, sa vie va être bouleversée. Manuela, une jeune et pétillante baroudeuse à la recherche d’un logement s’invite chez lui ! D’abord réticent, Hubert va vite s’habituer à la présence de cette tempête d’énergie, qui parvient même à le convaincre de loger deux autres personnes. Entre les errements de Paul-Gérard que sa femme a quitté et les gardes à l’hôpital de Marion la jeune infirmière un peu coincée, la vie en colocation va réserver à Hubert de nombreuses surprises…

Dans la famille Desagnat je demande le frère, pas celui qui animait Morning Live aux cotés de Michaël Youn, mais l’autre : François (et pis y en a encore un autre, mais on n’est pas obligé de remonter tout l’arbre généalogique non plus). Après une longue collaboration avec Thomas Sorriaux pour des films plus ou moins oubliables, qui ont soit consternés nos parents (La Beuze, Les 11 Commandements), soit filés des boutons (15 ans et demi), François Desagnat s’est lancé une première fois seul avec Le Jeu de la Vérité (2014) sans pour autant faire des étincelles.

Cette année, le réalisateur renoue avec la comédie bon enfant et laisse de coté l’humour potache pour narrer une tranche de vie pétillante dans Adopte Un Veuf, à travers une colocation pleine de surprises. Ne vous fiez pas à ce titre qui a tendance à rappeler un certain site de rencontres en ligne, Adopte Un Veuf est certes une histoire de rencontres, mais avec des personnages en pleine rupture… dans le sens large du terme. Décès, divorce, solitude, attente… Le film de François Desagnat réunit des âmes en peine dans une comédie hilarante qui illumine la grisaille du quotidien. Grâce à un personnage central solaire, le film nous embarque dans une cohabitation pleine d’éclats, alors que chacun essaie de trouver sa place et/ou un nouveau départ dans un décor temporaire.

adopteunveuf3

Rapidement, les quiproquos laissent place à la découverte de l’autre, faisant fleurir amitié et romance tout en douceur alors que chaque personnage finit par nous conquérir, même les plus revêches. En fait, ce n’est pas tant l’histoire qui est intéressante dans ce film, mais surtout cette ambiance agréable et colorée qui donne envie de participer à la fête. Et oui, pas besoin de faire une coloc entre djeunz pour plaire (la preuve avec la déception survendue qu’est Five…), Adopte Un Veuf puise en chacun de ses personnages, tous ayant un parcours différent, pour créer un ensemble uni et riche, permettant de passer des moments d’hilarité à des moments plus sombres sans effort. Certes, le film reste axé sur la comédie, mais il ne ménage pas pour autant ses sous-textes plus sérieux. Derrière son apparente légèreté, Adopte Un Veuf vise large avec des thématiques auxquelles on peut facilement s’y retrouver quelque soit notre âge ou situation, abordant la question du deuil aussi bien au sens propre qu’au sens figuré.

Loin des comédies populaires qui ont tendance à me faire grincer des dents à cause de leurs castings insupportables (comprenez Kev Adams et autres Franck Dubosc) et d’une tendance lourdingue à se réfugier derrière un humour trop bas de plafond malgré ma grande tolérance, Adopte Un Veuf fait partie de ces films qui prouvent que le cinéma français n’a pas à rougir de ses comédies. Alors certes, ce n’est peut-être pas LA comédie de l’année ni LE film le plus profond du moment, mais le film de François Desagnat a entièrement répondu à mes attentes : 1h30 d’évasion et de rire, avec des personnages attachants, le temps d’oublier ses petits soucis (ou une semaine de boulot harassante, en l’occurrence).

Au casting justement, André Dussollier (Le Grand Jeu, Trois Souvenirs de ma Jeunesse…) est comme toujours impeccable et forme un duo détonnant avec la pétillante Bérengère Krief (Bref, Les Croods, Joséphine…), qui parvient à moduler, en cours de route, sa tendance à être parfois trop mignonne (ce qui la rend parfois étouffante, comme un gâteau bien trop sucré, voyez ?). Autour d’eux, Julia Piaton (La Vache, Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?…) et Arnaud Ducret (Les Profs, Parents Mode d’Emploi…) sont tout aussi irrésistibles, tandis que Nicolas Marié (9 Mois Ferme…) se montre certes peu bavard mais reste finalement très drôle.

En conclusion, Adopte Un Veuf donnerait presque envie de se mettre en colocation, si seulement on pouvait être sûr de tomber sur un ensemble aussi réussi. François Desagnat livre une comédie parfaite pour se vider la tête et repartir avec le sourire. À voir !

adopteunveuf2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s