[CRITIQUE] All Cheerleaders Die, de Lucky McKee et Chris Sivertson

allcheerleadersdie

Le pitch : Encore secoués par une tragédie qui vient de frapper leur établissement, les étudiants de Blackfoot High sont choqués par une nouvelle pour le moins surprenante : Maddy, la rebelle du lycée a décidé de rejoindre l’équipe de pom-pom girls ! Désormais amie aves les plus belles filles du lycée, elle en devient rapidement la reine… Mais au cours d’une soirée très arrosée, tout bascule : les filles de l’équipe se retrouvent dotées de nouveaux pouvoirs. Les garçons n’ont qu’à bien se tenir…

Déjanté, trash, un peu gore et sexy, All Cheerleaders Die est un film d’horreur aux allures de série B, hautement jubilatoire et peu commun. Sorti en catimini en 2013, j’ai découvert ce film lors du PIFFF de la même année et c’est en regardant l’infâme Jennifer’s Body de Karyn Kusama que je réalise que Lucky McKee et Chris Sivertson ont su avoir la vraie bonne idée.
Avec ses faux airs de teen movie et surfant agréablement sur la vague inépuisable du paranormal adolescent, les réalisateurs de All Cheerleaders Die remettent au goût du jour leur premier essai, dans un savant mélange d’hémoglobine, de jolies filles et d’expériences décalées et assumées.

Critique ouverte de la jeunesse américaine, le film n’hésite pas à grossir le trait en exacerbant le caractère agressif de ses personnages, bousculant les codes lisses de la popularité et les critères sociaux. On pourrait même y voir un message féministe dans ce jeu de pouvoirs tordus si le film ne se reposait pas autant sur le sex-appeal de ses personnages féminins, mais pourquoi pas ? All Cheerleaders Die utilise le sexe comme une arme et cette idée s’inscrit parfaitement dans cette histoire qui reprend les clichés américains qui aiment tant jouer avec l’absence de limite (et de pudeur) de la jeune génération. Si parfois l’histoire et les effets spéciaux se rapprochent plus d’un téléfilm Asylum, l’énergie délirante du film est plutôt accrocheuse tant l’ensemble est à la fois exalté et fascinant.

Au casting, des visages plus ou moins connus et des acteurs plus ou moins convaincants, comme Caitlin Stasey, Sianoa Smit-McPhee, Tom Williamson, Amanda Grace Cooper et Brooke Butler, mais qu’importe ! Lucky McKee et Chris Sivertson créent un film alternatif, étonnant qui, avec plus de moyens, aurait pu être un véritable bijou. Mais pourquoi demander la lune ? All Cheerleaders Die est aussi jubilatoire qu’imparfait et bordélique. Bref, le film idéal à voir entre potes, entre Zombeavers et Sharknado !

allcheerleadersdie2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s