[CRITIQUE] Dans Le Noir, de David F. Sandberg

danslenoir

Propulsé en grande pompe sur nos écrans grâce au succès du dernier film de James Wan, Conjuring 2 – Le Cas Enfield, Dans Le Noir joue dans la cour des grands. Cependant, James Wan n’est pas derrière la caméra et c’est David F. Sandberg qui réalise ce très court film d’épouvante. Si l’ensemble est ambitieux et truffé de bonnes intentions, le traitement tourne court car il se repose uniquement sur des jumpscares. Sursauter, c’est bien sympa, mais ça ne fait pas un film d’horreur pour autant. Dans Le Noir n’arrive jamais à réellement nous entraîner dans sa sphère horrifique, ne réussissant qu’à capter la curiosité avide de son public en enchaînant les effets de surprises. Résultat, en terme de frissons, c’est un peu la déception, même si le film s’avère plutôt fun à voir.

Le pitch : Petite, Rebecca a toujours eu peur du noir. Mais quand elle est partie de chez elle, elle pensait avoir surmonté ses terreurs enfantines. Désormais, c’est au tour de son petit frère Martin d’être victime des mêmes phénomènes surnaturels qui ont failli lui faire perdre la raison. Car une créature terrifiante, mystérieusement liée à leur mère Sophie, rôde de nouveau dans la maison familiale. Cherchant à découvrir la vérité, Rebecca comprend que le danger est imminent… Surtout dans le noir.

Si James Wan est devenu un nom qui inspire confiance, il faut tout de même avouer que lorsque ce dernier n’est pas derrière la caméra, le succès n’est pas toujours au rendez-vous (exemple : tous les autres Saw à part le premier, Annabelle et Demonic).
Adapté d’un court-métrage qui a connu un certain succès sur internet en 2013, Dans Le Noir profite de la hype autour de son producteur (James Wan, donc) et du film Conjuring 2 – Le Cas Enfield pour se tailler une part du gâteau. Face à la peur du noir, nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne, et ça David F. Sandberg l’a bien compris puisqu’il tisse son intrigue autour d’une créature flippante qui apparaît une fois les lumières éteintes. Si l’introduction du film a été largement vue et revue dans les bandes-annonces, elle fait tout de même son petit effet, installant un début d’ambiance stressante qui réveille instantanément l’enfant terrorisé par l’obscurité qui sommeille en nous. Attisant la curiosité, Dans Le Noir tient en haleine tout en installant une histoire originale à travers la présentation de ses personnages qui forment une famille brisée.

LIGHTS OUT

Oui mais voilà, si quelques scènes sont plutôt efficaces, Dans Le Noir ne parvient jamais à transformer l’attente en véritable frayeur. Le film mise sur des jumpscares certes très efficaces qui en feront sursauter plus d’un, mais n’arrive jamais à jouer la carte de la terreur pure. Au contraire, le film de David F. Sandberg s’avère plutôt fun et parfois même malin, grâce à la façon dont le scénario déjoue les pièges prévisibles en conservant une certaine modernité et inventivité (le coup de la voiture, par exemple), mais d’autres fois carrément crétins en poussant ses personnages dans la gueule du loup sans raison valable (en allant faire un tour à la cave, l’endroit le plus éclairé d’une maison… c’est bien connu). Malheureusement, selon moi, ces efforts sont desservis par un manque de suspens qui aurait permis au film de gagner en tension et de marquer l’ensemble par une atmosphère réellement angoissante. Du coup, il fait l’effet de ces films qu’on regarde ados, par défi, justement dans le noir et en cachette des parents, pour se faire peur !
En effet, le scénario est peut-être un peu simple, mais il change tout de même des clichés horrifiques qui pullulent sur nos écrans depuis quelques années, en proposant une histoire originale habitée par une cellule familiale réduite littéralement hantée par un passé pesant. L’empathie est là, l’intérêt est bien présent, mais David F. Sandberg est si focalisé sur ses jumpscares qu’il les aligne à la hâte sans prendre le temps de faire mûrir son intrigue en misant sur l’appréhension du spectateur. 
Concrètement, si vous sursautez facilement lorsqu’une porte claque, Dans Le Noir vous fera l’effet d’un trampoline. Alors que le film de David F. Sandberg n’est certainement pas un échec, je trouve qu’il amuse bien plus qu’il ne terrifie, car le réalisateur n’est pas parvenu à faire la transition du court au long métrage. D’ailleurs, Dans Le Noir dure à peine 1h20 et pourtant, le temps se fait un peu long en court de route, signifiant peut-être que le réalisateur a probablement eu du mal à étirer son idée.

Au casting, Teresa Palmer (Point Break, Triple 9, Warm Bodies…) mène la danse et s’en sort plutôt bien au coté d’une Maria Bello (Prisoners, Puzzle, La 5ème Vague…) intriguante en mère instable. Relégué au second rôle (un poil potiche), Alexander DiPersia (NCIS : Nouvelle Orléans…) fait sourire à plusieurs reprises, tandis que Gabriel Bateman (American Gothic, Outcast…) oscille entre un jeu très crédible mais parfois trop intense.

En conclusion, j’ai été un peu déçue. Alors que j’attendais Dans Le Noir comme LA flippe de l’été après Conjuring 2 – Le Cas Enfield, le film de David F. Sandberg a eu beau me faire sursauter, une fois le film terminé, il s’évapore presque aussitôt. Si les jumpscares sont le plus souvent efficaces et peuvent même faire sursauter les plus sceptiques, au final j’ai passé un trop bon moment : Dans Le Noir est amusant, oui, mais pas vraiment flippant. Le soir venu, j’ai éteint la lumière sans problème (alors que j’ai peur du noir à la base U_U #enfancetraumatisée #jaivuunfantôme #ouijemetsdeshashtagsetalors). À voir tout de même… pour le fun.

L.O.00565.dng

Publicités

Une réflexion sur “[CRITIQUE] Dans Le Noir, de David F. Sandberg

  1. La bande annonce ne me donnait déjà pas envie de voir ce film qui sent le cliché (je suis sympa, je n’ai pas dit « navet ») à 3km, et ton avis me conforte dans ma décision. Les films qui reposent uniquement sur des jumpscares pour faire crier les ados, ce n’est pas mon truc…
    PS : j’ai adoré le coup de la cave ! Classique mais ça me fait toujours autant rire ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s