[CRITIQUE] Papa ou Maman 2, de Martin Bourboulon

papaoumaman2

Les parents indignes de Martin Bourboulon sont de retour et prêts à en découdre… pour le meilleur ou pour le pire ? Moins audacieux et plus sage, Papa Ou Maman 2 n’a pas l’impertinence ni la fraîcheur du premier film, mais reste toute de même une comédie drôle et décomplexée. Si Martin Bourboulon multiplie les personnages et les gags, c’est surtout le duo Laurent Lafitte et Marina Foïs qui est, encore une fois, un vrai régal.

Le pitch : Deux ans ont passé. Après avoir raté leur séparation, les Leroy semblent parfaitement réussir leur divorce. Mais l’apparition de deux nouveaux amoureux dans la vie de Vincent et de Florence va mettre le feu aux poudres. Le match entre les ex-époux reprend.

En 2015, Martin Bourboulon créait la (bonne) surprise avec le film Papa Ou Maman, une comédie insolente et réussie autour de la séparation d’un couple. Ce premier film s’est démarqué par son humour grinçant et politiquement incorrect, transformant le divorce en un duel sans pitié où tous les coups étaient permis pour éviter de se retrouver avec la garde des enfants. Grâce à son ton irrévérencieux et limite choquant, Papa Ou Maman était un véritable plaisir coupable. Avec un tel succès, la suite est évidemment attendue au tournant.

Piquant et décomplexé, Martin Bourboulon ne prend plus de gant et nous plonge dès les premières minutes dans cet univers familial atypique. Avec un scénario écrit à cinq mains (Martin Bourboulon, Matthieu Delaporte, Marina Foïs, Laurent Lafitte et Alexandre de la Patellière !), Papa Ou Maman 2 retrouve rapidement ses marques à la fois glamour et brut de décoffrage, tandis que ces parents terribles dressent un portrait décalé de leur quotidien. Le temps a passé, le divorce est consommé et la vie continue, sans pour autant réussir à les séparer. Et c’est là que les choses se complique, pas seulement pour les personnages mais aussi pour l’équilibre du film. Le film s’amuse de ce duo qui ne parvient pas à se détacher et dynamise sa trame avec ces nouveaux partenaires de jeu qui atterrissent en plein milieu de cette guerre passive-agressive.

Tournage Papa ou Maman 2

Porté par une volonté évidente de laisser de la place à tous ses personnages, Papa Ou Maman 2 lâche du lest, accentuant la relation compliquée entre les parents et via leur mode de vie et d’éducation, tandis que les enfants auront l’occasion de prendre leur revanche. Le film s’envole dans une première partie plaisante, marquée par des séquences hilarantes, qui renouent avec le ton osé et jubilatoire du premier film. Mais rapidement, le film semble atteindre son apogée trop tôt et finit par stagner, comme empêtré dans ses intentions multiples qui n’amènent finalement nulle part… ou plus tôt si, vers un final attendu.
En effet, Papa Ou Maman 2 s’éparpille et a du mal à maintenir le cap : les personnages secondaires tournent vite court, les enfants s’imposent en pointillés… chacun fait sa part à tour de rôle, comme une série de sketches alignés les uns à la suite des autres, avant de se retirer sans véritable explication. Cela nuit au rythme du film qui alterne des séquences drôles avec quelques moments un peu creux. Alors que le premier film repoussait les limites, Papa Ou Maman 2 semble les avoir atteintes et a bien du mal à retrouver le même niveau. Malgré quelques prises de risques, le film de Martin Bourboulon rappellent bien (trop) souvent la trilogie théâtrale « Ils s’aiment » interprétés par un autre duo passé expert en amour vache : Michèle Laroque et Pierre Palmade. Du coup, l’ensemble devient petit-à-petit très convenu et semble surtout gagner du temps avant d’arriver à un final inévitable.

Tournage Papa ou Maman 2

Pourtant, si cette suite s’avère plus sage et moins percutante, Papa Ou Maman 2 fête nos retrouvailles avec cette famille plus ou moins dysfonctionnelle qui exacerbe le quotidien de cellules familiales bien réelles, utilisant le rire pour désamorcer certains tabous encore tenaces (la vie après le divorce, par exemple). Martin Bourboulon s’éclate en mettant en scène ses personnages, conservant une ambiance survoltée et une écriture mordante. En effet, le point fort du film reste son casting impeccable, mené par Marina Foïs (Irréprochable, La Tour de Contrôle Infernale, Orage…) et Laurent Lafitte (Elle, Boomerang, L’Art de la Fugue…) avec brio. Ces derniers sont l’atout chic et charme du film, à la fois complices à l’écran et toujours aussi attachants. Autour d’eux, les enfants ont grandi, interprétés par Alexandre Desrousseaux, Achille Potier et Anna Lemarchand (Du Vent Dans Mes Mollets…), tandis que Sara Giraudeau (Vendeur, Rosalie Blum…) et Jonathan Cohen (Vicky, Nous Trois Ou Rien…) s’ajoutent à ce tableau explosif.

En conclusion, Papa Ou Maman 2 est une suite bien sympathique et divertissante. Si les retrouvailles font plaisir, le film de Martin Bourboulon reste néanmoins trop sage et politiquement correct, comparé au premier opus qui allait beaucoup plus loin. À voir tout de même, pour ce duo Lafitte-Foïs dont je ne me lasse pas (et je ne dis pas ça parce que Marina Foïs a dit qu’elle couperait les doigts à ceux qui écriraient du mal du film, non non :D)

papaoumaman2_1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s