[SÉRIE TV] Big Little Lies, la série bouleversante de Jean-Marc Vallée

Le pitch : Quand Madeline, Jane et Celeste se lient d’amitié par l’intermédiaire de leurs enfants, elles ne se doutent pas qu’elles vont se retrouver, des mois plus tard, au centre d’un tragique accident, survenu à la fête de l’école. Qui est mort ? Qui est responsable ? Et pour quelle raison ? Secrets, rumeurs et mensonges ne faisant pas bon ménage, tout l’univers de la petite ville de Monterey va être secoué de violents soubresauts.

Créée par David E. Kelley et réalisée par Jean-Marc Vallée
Avec Reese Witherspoon, Nicole Kidman, Shailene Woodley, Alexander Skarsgård, Adam Scott, Laura Dern, Zoe Kravitz…
Diffusée sur OCS

Mon avis : En France, on parle très peu de la nouvelle série de Jean-Marc Vallée, peut-être parce qu’elle est diffusée sur OCS en même temps que The Walking Dead. Aux US et sur HBO, Big Little Lies est un succès qui a réunit en moyenne 1 million de téléspectateurs et quasiment le double, lors de la diffusion de l’épisode final. Du bout de mon canapé, j’ai découvert Big Little Lies par hasard, probablement en attendant passivement The Walking Dead (à moitié assoupie) et j’ai rapidement accroché.
Adaptée du livre de Liane Moriarty, la série suit le destin croisé plusieurs femmes aisées, dans les quartiers chics de Monterey, dont la vie parfaite s’effiloche au fur et à mesure que les secrets percent au grand jour. Derrière des faux-airs de Desperate Housewives bien plus dramatiques que comiques, Big Little Lies abordent des sujets douloureux, de la violence conjugale au viol, en passant par le rôle de mère, l’image projetée de la femme et le rôle montré aux enfants.
Troublante et efficace, la série fascine tandis que l’intrigue s’applique à déchirer le voile protecteur, révélant une réalité implacable, souvent difficile et pourtant accessible tant on peut se retrouver dans chaque personnage et surtout, dans chacune de leurs colères enfouies.
À travers la fiction, David E. Kelley (Ally McBeal, Boston Public…) et Jean-Marc Vallée (Demolition, Wild, Dallas Buyers Club…) fouillent la psyché de femmes actuelles à travers leurs amours, les codes sociaux liées à leurs classes et surtout la valse complexe des apparences qui ne parviennent finalement jamais à panser les blessures les plus profondes.

Portées par un casting formidable : Nicole Kidman, Shailene Woodley et Reese Witherspoon, mais aussi Laura Dern et Zoe Kravitz… la série m’a fait redécouvrir des actrices fantastiques – dont quelques-unes que je ne considérais même plus – à travers des échanges souvent puissants (les séances de psychothérapies me collent des frissons), le tout sous l’oeil avisé de Jean-Marc Vallée et l’écriture intense de David E. Kelley qui, vraiment, n’ont jamais été aussi bons.

Bref, jetez-vous dessus !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s