[SPOILERS] Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 : Retour sur le film

ATTENTION, CE QUI VA SUIVRE N’EST RÉSERVÉ
QU’À CEUX QUI ONT VU LE FILM.

Abandonnez la lecture de cet article tant qu’il en est encore temps. Surtout si vous êtes fan de… Non ! Vous en avez trop lu, partez.
Pour ma critique sans spoiler du film, c’est par ici.

Pour ceux qui ont déjà vu le film… on est bien, là non ?

Ca y est, Les Gardiens de la Galaxie sont de retour pour un 2ème round et prêts à prouver qu’ils ne sont pas les clowns de Marvel Studios.
Si James Gunn a eu l’occasion de se lâcher sur le visuel, la tonalité est un poil plus profond, voire parfois dramatique tandis que le récit aborde le thème de la famille, celle dont les personnages sont issus et celle qu’ils se sont choisis.
Si un Volume 3 est déjà annoncé, toujours réalisé par James Gunn, voyons voir ce qu’il y a à retenir de ce film-ci.

Mais avant d’en parler, commençons d’abord par les scènes bonus cachées dans le générique. James Gunn en propose pas une ni deux, mais bien CINQ !

***

Première scène bonus : La relève de Yondu

Description : Après la mort de Yondu (et de la tristesse de Star-Lord qui s’est fait avoir par Ego), le film se termine sur une note tristoune. La première scène bonus revient apporter un peu de bonne humeur et se passe à bord du vaisseau l’Elector où Kraglin (Sean Gunn) s’entraîne à utiliser la flèche de Yondu en sifflant. Après de multiples tentatives, la flèche finit par filer à toute allure… pour atterrir dans le bras d’un Drax pas très content. On voit alors Kraglin s’éloigner discrètement.

Quasiment figurant dans le premier opus, Sean Gunn prend du galon dans Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 en incarnant un Kraglin bien plus présent aux cotés de Yondu – même lorsque les Ravagers se rebellent contre leurs chefs. Yondu étant mort, il est évident à travers cette scène que sa relève sera présente grâce à Kraglin, probablement menant ce qu’il reste des Ravagers, ces hors-la-loi excentriques qu’affectionne visiblement James Gunn.

Deuxième scène bonus : Les premiers Gardiens de la Galaxie !

Description : Pendant le film, Yondu croise le chemin de Stakar Ogord (Sylvester Stallone) dans une scène électrique où on découvre que Yondu a trahi le code d’honneur des Ravagers en faisant du trafic d’humains (aka Peter Quill). Stakar lui dit qu’il n’aura jamais le droit à l’hommage qui lui est dû au moment de sa mort. Mais alors que Yondu se sacrifie pour sauver Peter, et la galaxie au passage, tous les Ravagers viennent rendre hommage à son « enterrement », à bord de leurs vaisseaux illuminés pour l’occasion. Dans ces vaisseaux, plusieurs visages connus : Sylvester Stallone, évidemment, mais aussi Michelle Yeoh, Ving Rhames et Miley Cyrus… Plus tard, on les retrouve tous ensemble, en petit groupe et Stakar leur propose de refaire équipe.

Mais qui, quoi, est-ce donc ?
Vous le savez, les adaptation comics ne peuvent pas toujours être fidèles à 100% et lors de la sortie du premier film Les Gardiens de la Galaxie, les fans ont été les premiers a dire que Star-Lord et compagnie n’étaient pas les Gardiens initiaux.
Et bien James Gunn remet les pendules à l’heure en réunissant la première équipe de 1969 et en rétablissant, au passage, le fait que Yondu était lui-aussi un Gardien (dans les comics) MAIS comme dans les films il n’y a qu’une seule équipe de Gardiens de la Galaxie, James Gunn en a donc fait des Ravagers.
Parmi les premiers Gardiens devenus pour le film des Ravagers, il y a donc Stakar Ogord aka Starhawk (Sylvester Stallone), sa femme Aleta Ogord (Michelle Yeoh), le soldat venu de Jupiter Charlie-27 (Ving Rhames), Mainframe (ou Vision) (Miley Cyrus), Martinex T’Naga l’être cristallin (Michael Rosenbaum) et Krugarr, un être au corps de serpent qui porte quand même une cape. Pas de nouvelle pour l’instant du leader Major Victory (Vance Astro) qui, pour info, se trimballe avec le bouclier de Captain America (une potentielle reconversion pour Chris Evans ?).
Il y a évidemment fort à parier que cette nouvelle équipe sera présente dans le Volume 3. Ca en fait du monde ! Au passage, il me semble que Stallone est déjà casté pour Avengers : Infinity War.

Troisième scène bonus : Adam Warlock, enfin !

Description : Après avoir perdu la bataille contre les Gardiens, la Grande Prêtresse Ayesha (la nana dorée sur la planète dorée) va devoir rendre des comptes. Mais dans ce monde où tous les membres sont génétiquement créés à la demande et pour remplir un rôle bien précis, Ayesha a un plan : créer un être parfait. La scène se termine sur un grand cocon doré…

ADAM WARLOCK !
Ce n’était donc pas le cocon bizarre aperçu chez le Collectionneur dans la scène post-générique de Thor – le Monde des Ténèbres, puis étrangement éclaté à la fin des Gardiens de la Galaxie. Alors que James Gunn l’avait confirmé à l’époque, ce dernier change de tactique (ou pas ??) et choisit d’introduire Adam Warlock sur la planète Sovereign.
Rappelons-le : En plus d’être un être conçu par des scientifiques afin d’incarner une forme de vie humaine parfaite, Adam Warlock vient aussi avec la gemme (ou Pierre d’Infinité) de l’Âme… justement celle qui manque au MCU et au Gant de l’Infini qui donnerait les pleins pouvoirs à Thanos !
Face à l’affrontement contre Thanos, Adam Warlock est un personnage incontournable qui DEVAIT apparaître dans le MCU, le mystère reste encore entier concernant sa prochaine apparition, je pencherai pour un après Avengers : Infinity War, afin de le revoir dans Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3 puis Avengers 4 (en supposant que le Volume 3 se passera entre les deux).
En tout cas, c’est une nouvelle qui me soulage : beaucoup attendait de voir cette gemme apparaître dans Thor : Ragnarok et, franchement, entre Ragnarok, Planète Hulk, le mystère Odin/Loki et Doctor Strange, ça commençait à faire beaucoup pour un film.
Cela confirme également que si Infinity War verra l’affrontement entre les Avengers et Thanos, ce dernier ne sera certainement pas vaincu dans ce film et que la bataille continuera dans Avengers 4, le temps qu’Adam Warlock arrive…

N’empêche, c’est quand même bizarre : James Gunn confirme le cocon d’Adam Warlock vu chez le Collectionneur puis fait ça ?
Serait-ce comme ce Gant qui apparaît d’abord dans Thor 1 avant d’être tranquillement rangé chez Thanos (scène bonus dans Avengers – L’Ère d’Ultron) : à oublier ?
Ce serait bien de ne pas répéter les mêmes erreurs que Bryan Singer dans la saga X-Men 😛

Quatrième scène bonus : I Am Teen Groot !

Description : Retour sur l’Elector où on retrouve Peter qui fait irruption dans la chambre de Groot… devenu un adolescent. Peter Quill râle parce que la chambre de Groot est en bordel, mais ce dernier ronchonne en lui tournant le dos, tout en jouant à un jeu vidéo.

Toujours absorbé par sa thématique sur la famille, James Gunn singe une scène typique entre parent et adolescent en pleine crise. Deux infos au passage : on reconnait à nouveau la voix de Vin Diesel et Peter arrive à comprendre que ce qui Groot à chaque « I Am Groot », chose que seul Rocket arrivait à faire jusqu’à présent.
Good bye au très cute Baby Groot et bonjour à Teen Groot, mais le reverrons-nous ? En effet, Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 se déroule en 2014, soit peu de temps après les événements du premier film. Combien de temps met Groot à grandir ? Combien de temps s’est-il passé entre la fin du Volume 2 et cette scène ? Et, du coup, Groot sera-t-il encore un ado pour le Volume 3 qui arrivera après Infinity War (2018) ? Ou est-ce James Gunn nous refera le même coup en anti-datant son prochain film ?
Sachant que, coté marketing, un jouet Teen Groot ferait son petit effet… même si Baby Groot est totalement irrésistible \o/

Cinquième scène bonus : le doublé de Stan Lee

Description : Dans l’espace, personne ne vous enten- euuuh non, c’est pas ça ! Dans l’espace, on retrouve Stan Lee à nouveau en plein discussion avec ses grands bonhommes à la tête cubique. Ces derniers s’en vont et Stan Lee tente de les retenir afin qu’ils le ramène sur Terre.

Cette scène est la suite directe d’un premier caméo de Stan Lee dans le film, qui incarne un livreur FedEx (tiens, comme dans Captain America : Civil War… qui se passe en 2016 ! Tiens, tiens…).
Mais finalement, le plus intéressant, ce sont ces grands bonhommes : les Gardiens (les Watchers, en Vo, c’est plus simple pour les différencier des autres). Les Watchers sont des entités cosmiques qui observent l’univers… et c’est tout. Ils sont sensé ne jamais intervenir, même s’ils pressentent un véritable danger pour l’univers.
Sauf pour un petit rebelle, Uatu, alors chargé de surveiller la Terre, qui a désobéi pour aller se battre contre Galactus aux cotés des Quatre Fantastiques. Vous savez, ces personnages dont la licence appartient à la Fox ? Je dis ça, je dis rien u_u

***

Timeline et thématiques

La première chose à noter et qui ne passe pas inaperçue dans Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2, c’est la date. Le film démarre avec une scène d’intro so eighties où on assiste à une balade en amour entre la mère de Peter et le père de son enfant, Ego (scène où Kurt Russell est superbement rajeuni d’ailleurs). Si cette scène compte parce qu’on voit Ego l’emmener en forêt pour lui montrer une plante étrange qu’il a lui même semé, il faut surtout retenir que le film démarre en 1980 puis enchaîne avec une autre scène estampillée : « 34 en plus tard ». Rapide calcul : 1980 + 34 = 2014. Hé mais ? Les Gardiens de la Galaxie sont aussi sortis en 2014 ! Ce qu’il faut donc comprendre c’est le film se passe quelque mois après les événements du premier film. Un choix étonnant puisque dans ce film ils se passent des choses qui impactent la Terre en simultané (la propagation d’Ego dans les planètes de l’Univers), mais dont on a parlé dans aucun film du MCU.

Pourtant ce court délai est intéressant, puisque le film cherche à asseoir le lien entre les héros du film. C’est vrai : qu’est-ce qui pourrait pousser ces hors-la-loi si différent les uns des autres à s’allier pour former les Gardiens et les empêcher de partir chacun de leur coté ? Une victoire contre Ronan n’est finalement pas suffisante, les Gardiens effectuent des missions en étant rémunérés, donc nous ne sommes pas vraiment sur une dynamique héroïque et humble comme les Avengers (qui finissent quand même par se déchirer). Alors pourquoi les Gardiens restent-il ensemble ?
Alors que le film s’articule autour des retrouvailles entre Peter et son père Ego (et non J’Son de Spartax, l’empereur d’un empire de Spartoi), il scrute également les histoires personnelles des autres personnages. Si on connait déjà l’histoire douloureuse de Drax qui a perdu sa famille tuée par Ronan, ainsi que celle de Rocket qui a été le cobaye de nombreuses expériences qui l’ont rendu ainsi, et en dehors de Groot qui ne peut pas vraiment s’exprimer, James Gunn développe un peu plus ses Gardiens :

  • Gamora fait face à Nebula, toujours enragée d’être passée au second plan aux yeux de leur père adoptif Thanos : alors qu’il les forçait à se battre, il punissait et torturait Nebula en la rafistolant au fur et à mesure de ces défaites. Le film montre la fragilité de l’androïde bleue, partagée entre la cruauté de son père et l’indifférence de sa sœur. Le film donne une légitimité positive à Nébula, montrant que Gamora n’était pas la seule victime de Thanos.
  • Yondu prend finalement plus d’ampleur en parallèle d’Ego : présenté dans le premier film comme un pirate sournois qui avait arraché Peter à la Terre pour s’en servir, on le découvre sous un nouveau jour alors que la menace Ego s’amplifie. On sait finalement pourquoi il n’a pas rendu Peter à son père – quand il a su ce que devenait les autres progéniture d’Ego – et surtout, on découvre qu’il a finalement été le seul père que Peter ait jamais eu, malgré tout. Ce dernier fait la même réalisation en découvrant les véritables intentions d’Ego, faisant du sacrifice de Yondu un acte héroïque.
  • La nouvelle venue Mantis apparaît comme un être sensible, mais on découvre qu’il a finalement été adopté et élevée sous la houlette d’Ego qui en a fait la complice forcée de son terrible secret. Syndrome de Stockholm, much?
  • Et enfin Peter – le héros à qui on doit l’identité très 80s du film, celui qui n’a jamais totalement pu faire le deuil de la mort de sa mère, de son enlèvement sur Terre et de l’absence de son père – fait face à sa propre histoire, entre les mensonges d’Ego mais aussi ceux qu’il se racontait lui-même. Alors que Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 conserve toujours un pied dans l’enfance, Peter découvre Ego avec une naïveté touchante et est quasiment prêt à lui pardonner son absence, tandis que Yondu représentait son kidnappeur. Après la trahison d’Ego, Peter comprend finalement que ce père qu’il avait tant cherché et idéalisé, avait toujours été à ses cotés, dans une version certes moins idyllique mais beaucoup plus palpable.

Si les liens entre les Gardiens se sont resserrés (Drax est plus prompt à la rigolade, Gamora se laisse plus facilement approché par Peter et Baby Groot est réellement l’enfant du groupe, principalement chaperonné par Rocket), le film va surtout creuser leurs histoires à travers les autres personnages (donc Ego, Nebula et Yondu), dont les facettes vont permettre à l’ensemble de prendre de l’ampleur, et en obligeant même certains à faire face à leurs responsabilités.
Du coup, d’un coté, les Gardiens sont dans un état stationnaire, mais le fait d’en savoir plus sur eux permet de comprendre pourquoi les Gardiens se sont formés alors qu’ils ont tous traverser des épreuves qui auraient dû et pu les marquer gravement : plus que des héros, ils sont aussi, les uns pour les autres, une famille de substitution entre l’image du père, la notion de fratrie et même d’éducation (Baby Groot), tandis que des romances s’infiltrent en douce (Peter et Gamora, bien sûr, mais aussi Drax et Mantis).

Les Avengers de l’Espace ? Pas vraiment non, même si Tony Stark a perdu ses parents jeune et que son père travaillait trop, il n’y a finalement que Natasha Romanoff et son éducation à la Red Room qui pourrait rivaliser avec leurs traumas psychologiques !

***

Planète Ego et allégorie divine, patriarcale et psychologique

Dans les comics, le père de Peter est un alien du nom de J’son de Spartax – on le saura. James Gunn choisit de faire un pied de nez aux fans en donnant ce rôle à Ego qui, comme nous le savons, est une planète. Une idée finalement ingénieuse qui permet à l’histoire d’asseoir la thématique familiale à travers un personnage qui apparaît comme bienveillant et généreux, avant de se révéler EGOïste et EGOcentré.
Le film donne, à travers Ego, sa version de la Genèse, à savoir la création d’un élément doué de conscience et d’un pouvoir illimité qui, en partant de rien, crée son propre environnement, (éco)système et compréhension de ce qui l’entoure. Et comme tout élément vivant et conscient, Ego éprouve le besoin de se multiplier afin de répandre ce qui ressemble pour lui à un idéal. Ego est donc assimilé à une divinité toute puissante qui, par son isolement et son caractère unique, est devenue complètement centré sur lui-même, forçant son bon vouloir sur ceux qu’il rencontre. Le film pointe du doigt l’égoïsme et le complexe de supériorité de ceux qui règnent (dieu, leader… parent) en le mettant en parallèle au danger qu’ils représentent pour les autres, moins puissants. Le pouvoir, donc : sa soif et son ivresse.
De Mantis à toutes les progénitures qu’il a créé, les créatures femelles qu’il a rencontré, jusqu’à Peter : Ego n’a fait que manipuler les autres et, sous couvert de bonnes intentions, s’en est finalement servi en faisant fi de la singularité ou du besoin de chacun. Peter pensait avoir trouvé un père idéal et compris d’où il venait, ce qui a renforcé ses illusions et sa colère par rapport à Yondu. Ce n’est vraiment que lorsqu’Ego avoue qu’il a tué la mère de Peter que ce dernier prend conscience du mensonge, celui d’Ego mais aussi celui dans lequel il s’était conforté toute sa vie. Une réalisation qui lui permet non seulement d’appréhender ses nouveaux pouvoirs mais finalement de compléter le schéma familial qui lui manquait tant – avec Yondu à la place du père, le seul qu’il ait vraiment connu.

À travers les différents schémas familiaux traversés dans le film, que ce soit par Peter ou même Gamora, Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 tourne discrètement mais sûrement une sacrée page : celle de l’enfance. Maintenant que les personnages ont pu sceller certaines blessures, il est tant pour eux de passer à l’étape suivante, ce que le film indique avec cette fin dramatique mais aussi, de façon encore plus subtile, à travers un Groot qui devient adolescent. En effet, les deux premiers volets ont une connotation très juvénile inspirée par les années 80, certes, mais surtout par les jeux (le Pac-Man géant, la bataille contre les vaisseaux de Sovereign qui ressemblent à une partie de jeux d’arcade) et l’esprit très collégien que l’on retrouve dans les traits d’humour des personnages (blagues sous la ceinture, vannes…). Alors que le film semble mettre les Gardiens en retrait tout en explorant leurs histoires intimes, il y a tout de même un air de « game over », ou plutôt de « level up » une fois arrivé à la conclusion : le personnage de Peter évolue, Gamora est moins réticente par rapport à son attirance pour lui, Drax semble prêt à tourner la page, Groot grandit… En fait, tout le monde grandit. Cela semble mineur, mais mais n’oublions pas que les Gardiens se sont formés grâce à (ou à cause de) un ennemi commun, entre esprit de vengeance et appât du gain primaires, et qu’ils vivaient tous en ressassant leurs passés respectifs. C’est peut-être pour ça que le film se passe en 2014 finalement !
Avec Avengers : Infinity War et le Volume 3 qui semble bien chargé en ligne de mire, Les Gardiens vont avoir du pain sur la planche et plus beaucoup de temps pour rêvasser ou se tracasser avec d’anciennes querelles.

***

Caméos & clins d’œil

Stan Lee : Comme mentionné plus haut, Stan Lee – la figure emblématique des films Marvel – apparaît deux fois dans le film. Si le double caméo est une nouveauté pour papy Lee, c’est encore plus étonnant de retrouver son caméo lié à celui qu’il fait dans Captain America – Civil War !

David Hasselhoff : Alerte à Malibu, K2000… et les Gardiens de la Galaxie ! Si le premier film était bercé par sa reprise de « Hooked On A Feeling », l’acteur obtient un caméo dans le film et pas des moindres : Ego s’amuse à prendre son apparence devant Peter ! Cadeau bonus : David Hasselhoff est de nouveau sur la bande-originale du film avec le titre « Guardian Inferno » !

Nathan Fillion : L’acteur est de retour… mais dans une scène coupée ! James Gunn a récemment dévoilé que Nathan Fillion apparaissait dans une scène où Peter rencontre son grand-père. Alors que la scène faisait référence à Simon Williams aka Wonder man, il n’y a plus rien dans le film. Rendez-vous dans le blu-ray, donc.
On en reparle du poster de Firefly dans le teaser de Deadpool 2 ?

Howard The Duck et Cosmo : Le canard qui parle et le chien télépathe font une petite apparition dans le film aperçus dans Les Gardiens de la Galaxie. Howard est encore en train de boire un verre sur la planète Contraxia (scène dans laquelle se rencontrent Yondu et Stakar), tandis que Cosmo est visible dans une des vignettes du générique final.

En parlant du générique final : si comme moi, vous avez tendance à débriefer avec vos potes en attendant la scène bonus, retenez-vous. Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 bouscule les habitudes et proposent un générique animé où des vignettes encadrent l’écran et les noms qui défilent. Dans ces vignettes, on peut y voir les acteurs danser (référence aux propos de Drax dans le film, concernant la relation entre Peter et Gamora)… mais aussi un invité surprise, tel que Jeff Goldblum ! Étonnant car Jeff Goldblum est attendu dans un autre film Marvel, Thor Ragnarok, où il incarne Le Grand Maître !

***

Dernier rappel sur les dates :
Nous savons que l’histoire du film se passe en 2014, soit peu de temps après les événements du premier film et probablement avant Avengers – L’Ère d’Ultron (2015).
Avengers : Infinity War est prévu pour le 25 avril 2018 et plusieurs membres des Gardiens de la Galaxie sont inclus au casting.
Avengers 4 est prévu pour le 3 mai 2019 pour l’instant.
Nous n’avons pas de date pour Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3 (info trop récente).

>>> Le calendrier des films Marvel (incluant Marvel Studios, Fox et Sony)

***

Comme d’habitude, la zone de commentaires est ouverte pour échanger sur le film ou cet article (correction, complément, ce que vous voulez !). Mais soyez sympa, sinon je lâche Baby Groot sur vous 😀

>>> Prochain film super-héroïque : Wonder-Woman

Publicités

2 réflexions sur “[SPOILERS] Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 : Retour sur le film

  1. Merci pour cet article très très intéressant ! Moi qui n’ai pas lu le comic certaines choses deviennent plus claires ! Lorsque j’ai été voir le film hier, le patron du cinéma m’a dit qu’apparemment ils avaient l’intention de rassembler les Avengers et les Gardiens de la galaxie dans un film…. Mystère ! … Peut-être ces fameux premiers gardiens ?
    Je suis assez d’accord avec toi quand au fait que le film est une transition, on passe à une autre page de l’histoire qui sera probablement plus mature mais j’espère pas trop ! Parce que c’est justement ce côté Eighties, ce côté humoristique qui m’a séduit dans ce film (en fait le film en lui même m’a séduit, mais chuuut).
    Superbe analyse !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s